Réseau express de la capitale - Une autre autoroute? Non, merci!
lundi 17 mai, 2021
Facebook
Twitter

Québec, le 17 mai 2021 – Le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Joël Arseneau, a réagi à la présentation du projet de lien autoroutier entre la capitale et sa rive sud, baptisé « Réseau express de la capitale » par le gouvernement. Il en conclut que peu importe le nom qu’on lui donne, dans sa forme actuelle, le projet est à rejeter; le Parti Québécois, lui, plaide pour une vision d’avenir, axée essentiellement sur la transition écologique et le transfert modal qui définissent la véritable mobilité durable.

 

EN BREF

- Le projet de tunnel autoroutier présenté par la CAQ est calqué sur ceux du XXe siècle.
- Ce projet n’est ni vert, ni durable; la seule chose qui va rester, dans 100 ans, c’est le solde de la facture et les dommages environnementaux!
- En plus, la CAQ ne dévoile pas le coût final ni les données des experts venant soutenir son choix.
- Le Parti Québécois n’appuiera pas le projet de lien autoroutier tel qu’il a été présenté.
 

« En fusionnant les projets de troisième lien et de tramway, la CAQ essaie de rendre l’idée d’un tunnel autoroutier entre Québec et Lévis plus acceptable aux yeux des citoyens, majoritairement soucieux de l’environnement. Mais qu’elle se détrompe; personne n’est dupe de cette tentative d’écoblanchiment! Le projet annoncé par la CAQ, c’est une nouvelle autoroute qui, essentiellement, est appelée à créer de l’étalement urbain. Comme résultats, nous pouvons prévoir une augmentation de l’auto solo, donc de la congestion, donc des gaz à effet de serre. C’est un projet passéiste issu d’une vision centrée sur l’automobile. Au XXIe siècle, on doit favoriser le transfert modal vers un réseau réellement structurant qui diminue l’utilisation de l’auto solo, plutôt que de construire des autoroutes sur deux étages », a fait valoir le député.

 

Qui plus est, la CAQ reste bien évasive lorsque vient le temps de préciser les coûts d’un tel projet, à la fois global et par passager. « Tel qu’il a été présenté, le lien autoroutier est un projet démesuré, équivalant en longueur à quatre fois le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Les coûts annoncés, pouvant aller jusqu’à 10 G$, sont colossaux. Et ce montant est même, probablement, grossièrement sous‑évalué. En comparaison, le pont Samuel-De Champlain a coûté 4,24 G$; soulignons qu’on y enregistre 7 fois plus de passages quotidiens, soit 140 000, que ceux prévus dans la région de la Capitale-Nationale, c’est-à-dire 21 000 », soulève Joël Arseneau.

 

La CAQ manque également de transparence quant aux études qui viennent appuyer son choix. « Nous aurions souhaité que le gouvernement présente des analyses et des données fiables sur le transfert modal vers le transport en commun, sur l’impact qu’aura le troisième lien sur l’étalement urbain et les émissions de GES mais, tout ce à quoi nous avons eu droit, c’est aux arguments fallacieux de sécurité publique et de desserte pour tout l’Est du Québec. Ce n’est pas sérieux! Nous réclamons la publication prochaine des études ayant mené à la validation du projet dans sa forme actuelle, ainsi que des données venant prouver qu’il y aura réellement un transfert modal vers le transport en commun », a ajouté le député.

 

Le Parti Québécois a fait son lit : il rejettera le projet tel qu’il a été présenté, puisqu’il nous mènera collectivement à la ruine sans pour autant améliorer la fluidité des transports dans la région de la Capitale‑Nationale. Au contraire, même; avec une autoroute supplémentaire, le risque d’étouffer la capitale est bien réel.

 

– 30 –

 

SOURCE :      

Laura Chouinard-Thuly

Attachée de presse

Aile parlementaire du Parti Québécois

514 880-9594

Laura.Chouinard-Thuly@assnat.qc.ca

 

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?