Le Parti Québécois propose la création d’un passeport culturel de 100 $ pour les jeunes du secondaire et du cégep
mercredi 16 juin, 2021
Facebook
Twitter

Québec, le 16 juin 2021 – Le député de Matane-Matapédia, chef parlementaire et porte-parole du Parti Québécois en matière de culture, Pascal Bérubé, réitère l’idée de créer un passeport culturel de 100 $ par année destiné aux élèves du secondaire et aux étudiants du cégep, et ce, afin d’atteindre un double objectif : appuyer nos artistes et créateurs, et ouvrir la porte d’un univers aussi unique que dynamique à l’intention des jeunes Québécois.

 
EN BREF

- D’un côté, les artistes établis et ceux de la relève, ainsi que tous les artisans du monde du spectacle et de l’industrie culturelle, ont une pente postpandémie abrupte à remonter.
- De l’autre, les jeunes Québécois doivent être incités tôt à fréquenter notre univers culturel, pour qu’ils puissent l’apprécier et se l’approprier.
- Afin de répondre positivement à ces deux défis, le Parti Québécois propose la création d’un passeport culturel pour les élèves du secondaire et les étudiants du cégep.
 

Le passeport culturel que propose le Parti Québécois prendrait la forme d’un bon d’achat de 100 $ échangeable pour assister à des prestations artistiques québécoises. Il serait remis en début d’année scolaire à tous les élèves du secondaire et aux étudiants du cégep. « L’objectif premier, c’est évidemment d’inciter les jeunes Québécois à fréquenter la sphère culturelle d’ici. Théâtre, cinéma, expositions, musique, le choix ne manque certainement pas! Ce faisant, non seulement on favorise la découverte, la consommation et, ultimement, l’appropriation de la culture québécoise, mais on vient encourager, également, nos artistes et artisans qui ont beaucoup souffert de la pandémie », a illustré Pascal Bérubé.

 

Le Québec étant un îlot francophone au cœur d’une mer anglophone, sa culture se retrouve en compétition directe avec cet univers hégémonique. « Nos jeunes sont continuellement exposés à la culture angloaméricaine, omniprésente. On ne peut le nier ou faire comme si cela n’existait pas. Ce qu’on peut faire, par contre, c’est nous adapter et agir concrètement. Dans ce combat à armes inégales, l’État a un rôle à jouer; il ne peut pas espérer que les choses s’améliorent en restant passif, sur les lignes de côté », a ajouté le député.

 

Cette proposition d’un passeport culturel s’inscrit dans le plan plus vaste que le Parti Québécois a présenté en mai dernier pour contrer le déclin du français. Elle s’ajoute, ainsi, à celle de créer un bureau de promotion du contenu québécois, qui viendrait stimuler la présence de productions d’ici sur les Amazon, Netflix et autres grandes plateformes de divertissement mondiales. « La culture, c’est le nerf de la guerre de la promotion de la langue française au Québec. En ce sens, c’est primordial de gagner le cœur des jeunes Québécois. On doit leur faire prendre conscience de la qualité et de la variété de nos productions, et du fait que la culture, c’est vivant, c’est agréable et ça transcende les générations. C’est ce qui nous définit, en somme », a conclu Pascal Bérubé.

 

– 30 –

 

SOURCE :    

Laura Chouinard-Thuly

Attachée de presse

Aile parlementaire du Parti Québécois

514 880-9594

Laura.Chouinard-Thuly@assnat.qc.ca

 

 

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?