Le Parti Québécois veut doubler le nombre de délégations du Québec à l’étranger

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Rimouski, le 29 septembre 2022 – Soucieux de voir le Québec s’affirmer davantage sur la scène internationale et y jouer pleinement un rôle diplomatique d’influence, d’ici à ce qu’il devienne un pays normal, le chef du Parti Québécois, Paul St‑Pierre Plamondon (Camille-Laurin), a annoncé que sous son gouvernement, le nombre de délégations et de bureaux du Québec à l’étranger serait doublé.

EN BREF

  • Le Parti Québécois veut voir le Québec rayonner davantage dans le monde; pour ce faire, il compte multiplier par deux le nombre de délégations et de bureaux québécois à l’étranger.
  • Nous promettons également de donner plus de ressources à l’Institut de la diplomatie du Québec et de mettre un certain accent sur la diplomatie d’influence, notamment en matière de lutte contre les changements climatiques et de culture.
  • Ce n’est certainement pas le gouvernement à Ottawa qui nous épaulera dans cet exercice, lui qui tente de nous museler même chez nous.
  • Nous voyons tout le potentiel de notre culture, de nos innovations et de notre influence diplomatique – contrairement à la CAQ, qui se limite à l’aspect commercial.

D’une part, quiconque attend une action du Canada pour accompagner le Québec dans ses ambitions internationales est condamné à la disette; nos visions sont au mieux diamétralement opposées, au pire celles du Canada nous nuisent, carrément. « On se souvient tous de Bob Rae, ambassadeur du Canada à l’ONU, déclarant que la Loi sur la laïcité de l’État était discriminatoire et qu’elle contrevenait à la Déclaration des droits de l’homme. C’était en décembre 2021, et il est toujours en poste. Et que dire de l’enjeu climatique : un gouvernement qui défend le développement et l’exploitation des industries fossiles ne relaie certainement pas le message du Québec sur les tribunes internationales. Enfin, un gouvernement qui discrimine ses employés francophones et les empêche d’accéder aux plus hauts échelons de la diplomatie – comme le fait Ottawa, nous l’avons appris il y a quelques mois – est disqualifié pour représenter la nation québécoise sur la scène internationale et au sein de la Francophonie. De toute évidence, le Québec ne peut et ne doit compter que sur lui-même pour être bien représenté dans le monde, et pour que ses intérêts soient adéquatement défendus face aux autres nations de la planète », a insisté Paul St-Pierre Plamondon.

D’autre part, se fier sur la CAQ, c’est se contenter de bien peu. « Le gouvernement de la CAQ a une vision particulièrement affairiste – et limitée – des relations internationales que nous pouvons entretenir. Il a même détourné la mission première de notre réseau, qui était à l’origine consacré à la diplomatie. En effet, les trois quarts des budgets et les deux tiers des postes de nos délégations sont désormais entièrement consacrés à l’économie, aux exportations, au commerce. Évidemment, nous pensons que le Québec doit augmenter ses exportations et solidifier ses liens économiques avec les autres nations. Mais les relations internationales, ça ne se limite pas aux échanges commerciaux! Le Québec, c’est aussi une culture unique qui gagne à être connue, ainsi qu’un modèle sur le plan de la démocratie et de la solidarité qui peut avoir une réelle influence dans le monde », a ajouté le chef du Parti Québécois. C’est d’ailleurs parce qu’il croit à ces principes que le Parti Québécois entend augmenter les ressources de l’Institut de la diplomatie du Québec, en mettant l’accent sur la diplomatie d’influence dans les domaines environnementaux et culturels, notamment.

« On peut voir tellement plus grand, avoir tellement plus d’ambition; il ne faut pas hésiter à prendre la place qui nous revient, dans tous les domaines. Puis, le jour où le Québec sera un pays, nous serons tout à fait libres et en mesure de rayonner sur la scène internationale et de nous assumer pleinement! », a conclu Paul St-Pierre Plamondon.

Actuellement, le Québec compte 14 délégations à l’étranger, en plus de 13 bureaux et de 5 antennes à travers de monde. Sous un gouvernement du Parti Québécois, ce nombre serait doublé, pour un coût avoisinant les 55 M$ par année.

– 30 –

SOURCE : Laura Chouinard-Thuly, attachée de presse du chef du Parti Québécois – 514 880-9594 – Laura.Thuly.PQ@gmail.com

à découvrir

Une équipe aguerrie pour faire avancer le Québec

Québec, le 4 novembre 2022 – Paul St-Pierre Plamondon est fier de présenter les dossiers qu’il portera avec ses députés aguerris. Avec ses deux collègues, il est prêt à porter la voix

Lettre à Gabriel Nadeau-Dubois

Monsieur le co-porte-parole de Québec solidaire, Je sollicite votre collaboration dans le dossier du serment au roi prévu dans la constitution canadienne de 1867. Comme vous le savez, j’ai signifié