Une mesure d'économie irrespectueuse du français et des réfugiés

Diane De Courcy

Hier, [dans les pages du quotidien *Le Devoir*](http://www.ledevoir.com/politique/canada/397699/refugies-les-decisions-seront-publiees-si-elles-sont-d-interet-public), le président de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié a défendu la [décision de la Section d’appel des réfugiés de ne pas rendre public l’ensemble de ses jugements sous prétexte que la traduction est trop coûteuse](http://www.ledevoir.com/politique/canada/397410/trop-cher-de-traduire-toutes-les-decisions-dit-ottawa). Comme la Loi sur les langues officielles impose […]

mardi 21 janvier, 2014
Partagez
Partagez
Partagez

Hier, dans les pages du quotidien Le Devoir, le président de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié a défendu la décision de la Section d’appel des réfugiés de ne pas rendre public l'ensemble de ses jugements sous prétexte que la traduction est trop coûteuse.

Comme la Loi sur les langues officielles impose la traduction des décisions rendues par les tribunaux, le gouvernement canadien a donc choisi de contourner la loi. Il décidera maintenant lui-même quelles décisions seront rendues accessibles aux avocats en immigration ainsi qu'aux réfugiés, une orientation éminemment discutable sur le plan juridique sans doute, mais surtout sur le plan du respect du Québec francophone.

De plus, cette décision montre bien que le gouvernement du Canada n'a qu'une langue d'usage, l'anglais, et que le français est la langue d'une minorité que l'on peut «accommoder» à l'occasion, lorsque ça ne coûte pas trop cher. Tant et aussi longtemps que le gouvernement fédéral ne respectera pas la langue commune du Québec, nous nous opposerons à de telles décisions.

J'ai contacté jeudi dernier le ministre de Citoyenneté et Immigration Canada, M. Chris Alexander, pour échanger avec lui sur cette question. Je suis toujours en attente d'un retour d'appel.

J'ose croire que le Québec a voix au chapitre lorsqu'il s'agit du respect de sa langue commune et que le ministre fédéral le croit aussi.

Diane De Courcy, députée de Crémazie
Ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Charte de la langue française

Lettre ouverte parue le 20 janvier 2014 dans Le Devoir.

fermer

RESTONS EN CONTACT

Avant de continuer :
Le formulaire a détecté qu'il manque des informations.
Nous avons bien reçu vos informations!
Merci de votre intérêt pour le Parti Québécois.