Discours de Nathalie Leclerc à Charlevoix-Côte-de-Beaupré.

Bonjour,   Au moment du lancement de ma candidature à l'Espace Félix-Leclerc, vous ne pouvez pas vous imaginer l'émotion que j'ai vécue. Merci beaucoup pour votre accueil.   Cet automne, j'ai reçu un très joli courriel de Pierre Gariépy, membre du Parti Québécois de mon coin de pays. Il me demandait simplement si j'avais envie d'être candidate pour les prochaines élections. Que ça. Eh bien. J'ai respiré un grand coup et j'ai pris le temps qu'il faut en me posant sérieusement la question.   C'était beaucoup d'honneur cette demande. Ça m'a fait un grand boum dans le cœur.   Alors, […]

Nathalie Leclerc

Candidate du Parti Québécois dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré

Un plan solide pour la santé

Sympathisantes, sympathisants, militantes et militants du Parti Québécois, Je suis Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile. Je m’adresse à vous aujourd’hui pour vous parler du combat que je mène pour l’égalité des chances en santé et la pérennité de notre système public grâce au Plan solide du Parti Québécois. L’objectif est de faire en sorte qu’enfin, le citoyen soit au centre des choix faits en santé. De là l’importance d’avoir un système de santé fonctionnel, performant et accessible à tous. D’établir un contrat social […]

Diane Lamarre

Députée de Taillon, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile

Discours d’ouverture du chef du Parti Québécois au XVIIe congrès national

La version lue fait foi. J’aimerais d’abord offrir notre solidarité et notre soutien aux victimes des ouragans dans les Antilles et aux États-Unis. Quand j’ai pris, pour la première fois, ma carte du Parti Québécois, je savais, comme vous tous, que je devenais membre d’un parti pas comme les autres. Mais vraiment pas comme les autres. D’autres partis veulent seulement gouverner. Nous sommes plus ambitieux et plus généreux. Nous voulons que les Québécoises et les Québécois se gouvernent eux‑mêmes. Ça fait toute la différence. Parce qu’être au PQ, c’est d’abord affirmer que les Québécois sont quelque chose comme un grand […]

Jean-François Lisée

Chef du Parti Québécois, député de Rosemont

Conférence de Pierre Karl Péladeau à l’École d’été 2015 de l’Institut du Nouveau Monde

Laval, 13 août 2015 - Notes d'allocution du député de Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau L’allocution prononcée fait foi. Monsieur Michel Venne, co-fondateur et directeur général de l’INM et la grande équipe derrière l’École d’été, Chers participants, Je voudrais remercier l’équipe de l’INM pour leur invitation et les féliciter pour la qualité exceptionnelle du programme offert aux participants. Je tiens aussi à remercier les nombreux partenaires parrains, dont plusieurs forums jeunesses et commissions scolaires ainsi que mes collègues élus parrains de tous les partis. Il est important de favoriser la participation des jeunes à des activités de formation citoyenne comme celle-ci. […]

La condescendance de Denis Lebel masque son propre échec à défendre les intérêts du Québec au sein du gouvernement fédéral

Le lieutenant du Québec au sein du gouvernement Harper, Denis Lebel, devrait faire son travail au lieu de servir des raccourcis intellectuels et donner des leçons pleines de condescendance aux Québécois. Lorsque Denis Lebel affirme que le Québec recevra 55% de la péréquation du Canada, il omet de mentionner que c’est en raison de la taille de sa population. Un observateur avisé aurait fait remarquer que d’autres provinces en obtiennent beaucoup plus, par habitant, que le Québec. M. Lebel omet aussi de dire que ce programme fédéral ne représente plus que 0,86% du PIB canadien, soit 15% de moins que […]

Une mesure d’économie irrespectueuse du français et des réfugiés

Hier, dans les pages du quotidien Le Devoir, le président de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié a défendu la décision de la Section d’appel des réfugiés de ne pas rendre public l'ensemble de ses jugements sous prétexte que la traduction est trop coûteuse. Comme la Loi sur les langues officielles impose la traduction des décisions rendues par les tribunaux, le gouvernement canadien a donc choisi de contourner la loi. Il décidera maintenant lui-même quelles décisions seront rendues accessibles aux avocats en immigration ainsi qu'aux réfugiés, une orientation éminemment discutable sur le plan juridique sans doute, mais […]