Réaliser la souveraineté du Québec

Le projet de souveraineté du Québec prend sa source dans une histoire nationale marquée par la ténacité des défenseurs de la liberté. Dans la foulée de la Révolution tranquille, René Lévesque créait le Parti Québécois et conviait le peuple québécois à la conquête de sa liberté collective. Cette histoire de courage et de détermination s’est transmise jusqu’à nous et de nouvelles générations de souverainistes reprennent à leur tour ce projet porteur de liberté.

Aspirant à la liberté politique, le Parti Québécois a pour objectif premier de réaliser la souveraineté du Québec à la suite d’une consultation de la population par référendum tenu au moment jugé approprié par le gouvernement.
 

Rompre avec l'attentisme

D’ici là, pour rompre avec l’attentisme et en déployant le Plan pour un Québec souverain, le Parti Québécois agira en gouvernement souverainiste, cherchant à acquérir toujours plus de pouvoirs et de moyens pour le Québec et les Québécois.

  • Utiliser tous les moyens à sa disposition pour mettre fin aux ingérences du gouvernement fédéral dans les domaines de l’éducation, de la culture, des programmes sociaux, de la santé et de toute autre compétence exclusive du Québec.
     
  • Assumer pleinement tous les pouvoirs du seul État de la nation québécoise et repoussera à sa limite le carcan constitutionnel canadien.
     
  • Occuper tout l’espace possible dans les domaines de son identité et de son économie pour assurer son plein développement, exiger de nouveaux pouvoirs, le rapatriement d’espaces fiscaux et les budgets dans des domaines comme la langue, l’environnement, la culture, le développement économique et régional ou l’immigration.
     
  • Prendre tous les moyens politiques et juridiques pour atteindre ses objectifs, tels le recours à la clause dérogatoire ou l’adoption de modifications constitutionnelles.
     
  • Prendre les moyens techniques et juridiques nécessaires pour parachever les études, préciser les projets et en assurer la diffusion dans le public.
     
  • Déployer une politique étrangère ayant pour objectif de promouvoir et défendre les intérêts du Québec sur la scène internationale;
    • exiger de négocier et de signer les traités internationaux dans les matières de sa compétence;
    • préparer la reconnaissance internationale de la souveraineté du Québec.
       

Instituer une Constitution, une Charte de la laïcité et une citoyenneté québécoises

Les Québécois formant une nation à part entière, un gouvernement souverainiste trouvera nécessaire et normal de doter les Québécois d’instruments juridiques encadrant la vie publique.

  • Créer une assemblée constituante à laquelle seront conviés à siéger tous les secteurs et les régions de la société québécoise ainsi que les nations autochtones et inuites du Québec afin d’écrire la constitution d’un Québec indépendant.
     
  • Adopter, à l’Assemblée nationale, une Constitution québécoise pour affirmer et établir juridiquement les éléments essentiels de l’identité québécoise.
    • Ce texte fondamental intégrera une version amendée de la Charte des droits et libertés de la personne de façon à ce que, dans son interprétation et son application, il soit tenu compte du patrimoine historique et des valeurs fondamentales de la nation québécoise: la prédominance de la langue française, l’égalité entre les femmes et les hommes et la laïcité des institutions publiques.
       
  • Élaborer une Charte québécoise de la laïcité. Cette charte affirmera notamment:
    • que le Québec est un État laïque, neutre par rapport aux croyances ou non-croyances des uns et des autres en matière de religion;
    • que la liberté de religion ne peut être invoquée pour enfreindre le droit à l’égalité entre les femmes et les hommes ou le bon fonctionnement des institutions publiques et parapubliques;
    • que les agents de la fonction publique et parapublique doivent s’abstenir, dans l’exercice de leurs fonctions officielles, du port de tout signe religieux ostensible.
       
  • Instituer une citoyenneté québécoise et adopter, après consultation, une loi précisant les modalités d’attribution de la nouvelle citoyenneté, ainsi que les droits qui y seront rattachés.