2.1
PREMIER CHANTIER : SOUTENIR LE QUÉBEC ENTREPRENEURIAL DE TOUTES NOS FORCES
2.2
DEUXIÈME CHANTIER : MOBILISER TOUS NOS LEVIERS POUR SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT DU QUÉBEC
2.3
TROISIÈME CHANTIER : ASSURER LA JUSTICE FISCALE
2.4
QUATRIÈME CHANTIER : CONSOLIDER LES COOPÉRATIVES ET L’ÉCONOMIE SOCIALE EN TANT QUE MOTEURS DE LA QUALITÉ DE VIE DES COLLECTIVITÉS
2.5
CINQUIÈME CHANTIER : RÉUSSIR LA TRANSITION NUMÉRIQUE
2.6
SIXIÈME CHANTIER : ENGAGER LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE PAR L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE
2.7
UN QUÉBEC INDÉPENDANT : FAIRE DU QUÉBEC UN PAYS PROSPÈRE PAR LA SOUVERAINETÉ ÉCONOMIQUE
Twitter

Pour le Parti Québécois, l’économie et le commerce doivent être au service du développement d’une société plus humaine, plus juste et plus respectueuse de l’environnement. Il nous faut construire une économie prospère où toutes les Québécoises et tous les Québécois pourront mettre en valeur leurs talents, une économie où toutes les régions du Québec et les gens qui y habitent auront la chance de réaliser leur potentiel.

Faire du Québec un pays prospère et libre de ses choix

Pour assurer la prospérité de ses habitants et être en mesure de continuer à construire une société qui reflète nos valeurs de solidarité, le Québec doit miser sur un commerce international mutuellement avantageux et sur un nationalisme économique assumé. Le Parti Québécois est favorable à l’élargissement d’une base entrepreneuriale nationale forte, partout sur notre territoire, capable de se lancer à la conquête d’une économie mondialisée.

Dans l’équilibre entre libre-échange et nationalisme économique, ce sont les institutions démocratiques qui peuvent et doivent déterminer les politiques qui correspondent à notre intérêt national et qui sont nécessaires à la pérennité de notre modèle social. Cela ne sera possible que si nous contrôlons les leviers essentiels à la gestion de notre économie. Le Québec doit miser sur :

  • La créativité de ses habitants, qui mettront en valeur les ressources et le patrimoine qui les entourent;
  • Une ouverture sur le monde, avec une valorisation du commerce international respectueux des personnes et de l’environnement;
  • Une valorisation de l’entrepreneuriat manufacturier, ainsi que des services artistiques, touristiques et communautaires;
  • Une redéfinition et un positionnement de la santé et la sécurité au travail au Québec pour assurer un milieu de travail sécuritaire, dans une perspective de santé et de prospérité.

Se libérer des décisions du fédéral qui nuisent à la prospérité du Québec

Il faut comprendre que, très souvent, les intérêts économiques des autres provinces du Canada sont souvent contradictoires avec ceux du Québec. Pensons aux effets destructeurs du soutien outrancier de l’État fédéral au développement de l’industrie pétrolière sur nos entreprises manufacturières exportatrices.

L’État fédéral détient le pouvoir sur le commerce international, les banques, la navigation, les chemins de fer et la monnaie. Il s’est aussi arrogé le pouvoir sur l’aéronautique, les télécommunications, les pipelines et l’énergie atomique. Il entend faire de même pour le contrôle des services financiers et des valeurs mobilières. Or, le Québec a besoin de tous ces leviers pour assurer sa prospérité économique.

Malgré des moyens limités, durant son premier mandat, un gouvernement du Parti Québécois entend utiliser chaque parcelle de ses compétences constitutionnelles, chaque instrument dont le Québec s’est doté au fil du temps pour mobiliser tous les Québécois, tous les acteurs économiques, ainsi que ses régions pour mettre en œuvre une politique économique d’envergure et poser les fondements d’un plan de développement favorisant notre prospérité. Le Parti Québécois remettra les leviers économiques de l’État au service de notre prospérité et de l’épanouissement de notre modèle social-démocrate.

Réaliser les grands chantiers pour assurer la prospérité du Québec de demain

Au cours des prochaines années, le Québec devra opérer une transition vers le développement durable, une transition énergétique et une transition numérique. Tout en réalisant ces transformations profondes, les États devront continuer à soutenir la productivité des entreprises et à améliorer la qualité de vie de chaque citoyen.

L’indépendance du Québec nous permettra d’aller au bout de notre vision, mais nous pouvons dès maintenant en jeter les bases et obtenir des succès. Un gouvernement du Parti Québécois mettra tous les leviers économiques de l’État au service de sept grands chantiers essentiels à notre prospérité et à la vitalité de notre société.

Faire du Québec un pays prospère et libre de ses choix

Pour assurer la prospérité de ses habitants et être en mesure de continuer à construire une société qui reflète nos valeurs de solidarité, le Québec doit miser sur un commerce international mutuellement avantageux et sur un nationalisme économique assumé. Le Parti Québécois est favorable à l’élargissement d’une base entrepreneuriale nationale forte, partout sur notre territoire, capable de se lancer à la conquête d’une économie mondialisée.

Dans l’équilibre entre libre-échange et nationalisme économique, ce sont les institutions démocratiques qui peuvent et doivent déterminer les politiques qui correspondent à notre intérêt national et qui sont nécessaires à la pérennité de notre modèle social. Cela ne sera possible que si nous contrôlons les leviers essentiels à la gestion de notre économie. Le Québec doit miser sur :

  • La créativité de ses habitants, qui mettront en valeur les ressources et le patrimoine qui les entourent;
  • Une ouverture sur le monde, avec une valorisation du commerce international respectueux des personnes et de l’environnement;
  • Une valorisation de l’entrepreneuriat manufacturier, ainsi que des services artistiques, touristiques et communautaires;
  • Une redéfinition et un positionnement de la santé et la sécurité au travail au Québec pour assurer un milieu de travail sécuritaire, dans une perspective de santé et de prospérité.

Se libérer des décisions du fédéral qui nuisent à la prospérité du Québec

Il faut comprendre que, très souvent, les intérêts économiques des autres provinces du Canada sont souvent contradictoires avec ceux du Québec. Pensons aux effets destructeurs du soutien outrancier de l’État fédéral au développement de l’industrie pétrolière sur nos entreprises manufacturières exportatrices.

L’État fédéral détient le pouvoir sur le commerce international, les banques, la navigation, les chemins de fer et la monnaie. Il s’est aussi arrogé le pouvoir sur l’aéronautique, les télécommunications, les pipelines et l’énergie atomique. Il entend faire de même pour le contrôle des services financiers et des valeurs mobilières. Or, le Québec a besoin de tous ces leviers pour assurer sa prospérité économique.

Malgré des moyens limités, durant son premier mandat, un gouvernement du Parti Québécois entend utiliser chaque parcelle de ses compétences constitutionnelles, chaque instrument dont le Québec s’est doté au fil du temps pour mobiliser tous les Québécois, tous les acteurs économiques, ainsi que ses régions pour mettre en œuvre une politique économique d’envergure et poser les fondements d’un plan de développement favorisant notre prospérité. Le Parti Québécois remettra les leviers économiques de l’État au service de notre prospérité et de l’épanouissement de notre modèle social-démocrate.

Réaliser les grands chantiers pour assurer la prospérité du Québec de demain

Au cours des prochaines années, le Québec devra opérer une transition vers le développement durable, une transition énergétique et une transition numérique. Tout en réalisant ces transformations profondes, les États devront continuer à soutenir la productivité des entreprises et à améliorer la qualité de vie de chaque citoyen.

L’indépendance du Québec nous permettra d’aller au bout de notre vision, mais nous pouvons dès maintenant en jeter les bases et obtenir des succès. Un gouvernement du Parti Québécois mettra tous les leviers économiques de l’État au service de sept grands chantiers essentiels à notre prospérité et à la vitalité de notre société.