Fortifier nos piliers

Le Parti Québécois souhaite un État fort pour offrir un panier de services publics de qualité et performants, qui répondent aux besoins des Québécoises et des Québécois. D’abord, parce que des services publics de qualité contribuent de manière importante à l’équité et à l’égalité des chances. Ensuite, parce qu’ils aident à accroître le pouvoir d’achat des Québécoises et des Québécois, en limitant la nécessité d’avoir recours à des services privés équivalents dont le coût est plus élevé.

Un État fort pour l’éducation, un Québec fier de ses enseignants

L’éducation est la pierre angulaire de notre société. Le Québec a fait le choix de l’éducation publique afin de favoriser l’égalité des chances.

On a assez dit et répété, au Québec, que l’éducation doit être la priorité nationale. Pourtant, la vague de désaffection des enseignantes et des enseignants met en évidence le manque de responsabilité de l’État quant à sa priorité nationale. Alors qu’il faudrait revaloriser les professions du secteur de l’enseignement, définir une politique de développement professionnel avec elles et rappeler combien elles sont précieuses et nécessaires pour l’avenir du Québec, nos enseignantes et nos enseignants sont surchargés, les champignons envahissent nos écoles, les bâtiments se détériorent et les élèves avec des besoins particuliers n’ont pas le soutien nécessaire. La réalité, c’est que l’école privée devient de plus en plus attrayante et que cela exacerbe les difficultés de l’école publique en la privant, notamment, de la mixité sociale dont elle a besoin pour se renouveler.

Car une école publique où des jeunes de tous les milieux se côtoient est le phare de la lutte contre les inégalités. L’école publique doit être plus juste, mieux financée, accessible et au cœur de sa communauté. Pour passer de la parole aux actes, le Québec a besoin d’un gouvernement qui règlera le problème de ségrégation scolaire et qui proposera une révision du financement de l’école privée et allouera les ressources nécessaires à l’édification d’écoles publiques attrayantes et au soutien des élèves à besoins particuliers.

Le Québec a besoin d’un gouvernement qui protégera les budgets de l’éducation, de la famille et de la jeunesse, même en temps de ralentissement économique ou de restrictions budgétaires. En procédant ainsi, un gouvernement du Parti Québécois témoignera de la réelle importance qu’il accorde à l’éducation, outil fondamental de la construction du visage culturel et linguistique du Québec, devant être accessible à tous, sans exception. Un vaste chantier de rénovation et de construction d’écoles est également au cœur de notre engagement pour l’éducation publique.

Notre système d’éducation doit aussi s’enraciner en région et offrir des enseignements riches et formateurs. Les véritables citoyens qui en seront issus pourront répondre de manière innovante aux exigences du marché du travail. Il faut adapter notre système éducatif à cette réalité en s’assurant qu’il offre une solide formation générale de base, tout en étant plus flexible en ce qui concerne les formations menant à un métier. Ainsi, nous répondrons aux aspirations professionnelles de toutes et de tous, ainsi qu’aux besoins en main-d’œuvre dans toutes nos régions. C’est pourquoi l’accès des moins de 20 ans à la formation professionnelle doit être favorisé et un vaste chantier pour l’alphabétisation doit être lancé.

Par ailleurs, il faut le rappeler, la désaffection et le décrochage scolaires affectent plus de 20 % des étudiants inscrits dans nos universités. Ces abandons avant l’obtention d’un diplôme universitaire s’avèrent bien plus que des décisions personnelles : ils constituent un échec collectif quant au soutien et à la valorisation des études postsecondaires, tout comme ils représentent un obstacle majeur à notre essor social et économique, et ce, sur la scène nationale autant qu’internationale. Plus que jamais, nous devons faire des gestes forts pour soutenir l’engagement et la persévérance à entamer et à compléter des études postsecondaires. C’est ce que fera un gouvernement du Parti Québécois : dès son premier mandat, il mettra graduellement en place la véritable gratuité scolaire.

Un État fort pour tous, un Québec fier de son monde

Un État fort a la responsabilité de prendre soin de tout son monde : des laissés-pour-compte, de celles et de ceux qui n’entrent pas dans les cases du système et qui ont été les premières victimes des mesures d’austérité du gouvernement actuel. Un État est fort de la contribution de tous ses citoyens, y compris des plus vulnérables. Notre volonté d’agir afin de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale est ferme. Un gouvernement du Parti Québécois haussera substantiellement le nombre de logements sociaux et agira concrètement afin d’accroître le pouvoir d’achat des familles, de la classe moyenne et des plus démunis. De plus, nous devons mieux prendre soin de nos jeunes en difficulté. Certains d’entre eux ont vécu des traumatismes à la suite de mauvais traitements.

Nous avons la responsabilité de les soutenir et d’améliorer, entre autres, la qualité de vie de celles et de ceux qui vivent en centre jeunesse.

L’espérance de vie qui s’allonge et la volonté grandissante de garder plus longtemps près de nous celles et ceux qui ont accompagné nos premiers pas changent les dynamiques sociales et médicales. Les membres de la famille s’avèrent ainsi les premiers partenaires de soins lorsqu’une personne se retrouve aux prises avec des problèmes de santé, une perte d’autonomie, une déficience ou des problèmes psychosociaux. Par ailleurs, lorsqu’on ne peut garder, comme on le souhaiterait, nos proches dans notre demeure, on ne devrait pas craindre pour leur sécurité ni leur dignité. Le Parti Québécois sera ce gouvernement qui soutiendra les proches aidants et les parents d’enfants ayant une déficience physique, intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Il sera ce gouvernement qui assurera le contrôle et le suivi de la qualité des soins et des services offerts dans le réseau.

Les soins à domicile et le soutien aux proches aidants constituent également un virage majeur que le Québec est appelé à prendre pour favoriser l’autonomie des aînés et des personnes aux prises avec des limitations fonctionnelles.

Notre système de santé et de services sociaux n’est actuellement pas outillé pour répondre adéquatement aux besoins de la population ni aux défis de notre époque. Pour remplir la mission qui lui incombe, il est impératif de redonner du pouvoir aux acteurs locaux, de valoriser équitablement les professionnels de la santé et des services sociaux, de remettre la prévention au cœur de sa mission, d’encourager les modèles alternatifs de soins, et de reconnaître le travail essentiel des organismes communautaires.

Au Parti Québécois, nous croyons au système de santé public. Nous savons qu’il est possible de lui redonner du souffle afin qu’il puisse soigner plus rapidement. Nous sommes de ceux qui souhaitent accorder une place plus grande aux services sociaux. Nous devons répondre aux personnes vulnérables et en détresse.

L’ampleur des sommes allouées en santé exige que cet argent soit géré avec une immense rigueur. D’une part, le Parti Québécois fera de la prévention et de la promotion des saines habitudes de vie les pierres angulaires de sa stratégie en santé. Il faut notamment faire bouger nos jeunes et nos moins jeunes, et encourager le transport actif. D’autre part, il faut cesser d’organiser notre système de santé en fonction des médecins. Un gouvernement du Parti Québécois révisera les ententes avec les fédérations médicales et le mode de rémunération des médecins, et gèlera leur salaire.

C’est le patient qui doit se trouver au cœur du système et, pour qu’il soit traité convenablement, il faut profiter des compétences de tous ceux et de toutes celles qui œuvrent dans le réseau de la santé et qui n’attendent que l’occasion d’en faire plus, et leur donner de l’espace. C’est pourquoi nous octroierons davantage d’autonomie aux professionnels de la santé autres que les médecins.

Le gouvernement du Parti Québécois ne se contentera pas de réagir aux drames de ses citoyens et citoyennes; il sera proactif et combatif, et misera sur des politiques fortes de prévention pour contrer la tenue d’événements bouleversants. C’est en reconnaissant le travail des organismes communautaires – par l’augmentation de leur financement –, en donnant les ressources nécessaires aux CLSC pour qu’ils puissent exercer adéquatement leur rôle de prévention et d’intervention psychosociales, et en instaurant une cible nationale de réduction de la négligence que le Parti Québécois assumera pleinement sa mission de gouvernement à l’affût des difficultés.

Un État fort pour l’environnement, un Québec fier de sa nature

La crise climatique affecte lourdement la qualité de vie de toutes les Québécoises et de tous les Québécois. C’est pourquoi la lutte contre les changements climatiques fera partie des priorités de l’État. Sous la gouverne du Parti Québécois, l’État posera les jalons d’une nouvelle ère environnementale, en abrogeant la Loi sur les hydrocarbures adoptée par le gouvernement libéral et en s’engageant fermement à sortir le Québec du pétrole.

Un gouvernement du Parti Québécois ira de l’avant avec une nouvelle « Baie-James de la transition énergétique » : nous prendrons le virage vert de l’électrification de nos transports, tout en encourageant nos chercheurs et nos entrepreneurs du domaine environnemental à développer de l’expertise et à créer de l’emploi et de la richesse ici. Un vaste projet de rénovation verte sera également mis en avant.

Le développement durable ne doit pas être une étiquette, mais plutôt notre façon de concevoir l’avenir du Québec afin de léguer à nos enfants une Terre toujours aussi prometteuse. Ainsi, au sein d’un gouvernement du Parti Québécois, le premier ministre sera responsable du développement durable. Le Québec est immense et regorge de ressources, dont l’eau potable, qui suscitent l’envie du monde entier. Pour s’assurer de la pérennité de cette richesse naturelle inestimable, les Québécoises et les Québécois pourront compter sur un gouvernement du Parti Québécois : il en augmentera la qualité, haussera les redevances liées à son utilisation et leur en garantira l’accès.

Par ailleurs, l’incarnation du développement économique par le développement durable est possible. Nous devons miser sur l’utilisation des extrants provenant de différentes industries pour devenir des leaders de l’économie circulaire. Plusieurs villes montrent déjà l’exemple; nous devons généraliser cette pratique sur tout notre territoire.

Un État fort pour le nationalisme économique, un Québec fier de ses entrepreneurs

Le Parti Québécois agira pour l’enrichissement des Québécoises et des Québécois, comme pour celui du Québec. Nous mettrons notre État au service d’une croissance économique plus robuste, ce qui passe, entre autres, par une économie plus innovante et productive, et par une accélération des investissements et de nos exportations.

C’est avec déception que nous avons vu partir de trop nombreux fleurons québécois à l’étranger. Rona, St-Hubert, le Cirque du Soleil, la Série C de Bombardier… la liste est longue. Il faut faire preuve de fermeté et mettre en avant un nationalisme économique assumé afin de soutenir l’entrepreneuriat québécois et ses succès. Puisque la Caisse de dépôt et placement du Québec joue un rôle crucial en matière économique, le Parti Québécois lui redonnera sa mission économique originale, en incluant à son mandat le développement économique régional et la protection des sièges sociaux stratégiques.

L’État doit aussi déployer tous les outils nécessaires pour soutenir et propulser nos entrepreneurs, car les PME sont un pilier de notre économie. Un gouvernement du Parti Québécois mettra en avant le concept d’achat local pour nos institutions afin de favoriser les entreprises d’ici, partout sur notre territoire, et veillera à ce que les fournisseurs locaux soient respectés, en exigeant un seuil de 25 % de contenu québécois dans les grands projets à venir.

L’entrepreneuriat est plus attrayant que jamais pour les jeunes Québécois, et l’État doit soutenir cette confiance que les Québécoises et les Québécois cultivent en euxmêmes. Le Parti Québécois est déterminé à alléger la règlementation et à réduire la paperasse gouvernementale. Cela créera un environnement propice à l’entrepreneuriat, plus souple et plus compréhensif. À son tour, cet environnement entrepreneurial facilitera le lancement et le transfert d’entreprises privées et collectives, et leur permettra d’être plus habiles et présentes, ici et dans le monde.

Il faut l’affirmer sans détour : le Québec est ouvert aux affaires, mais tient à l’équité. Pour être crédible dans cette volonté, l’État, sous la gouverne du Parti Québécois, suspendra l’application de conventions fiscales conclues par le gouvernement fédéral avec plusieurs paradis fiscaux et verra à ce que les multinationales actives au Québec versent des impôts reflétant les revenus qu’elles ont générés chez nous.

L’économie numérique, l’économie collaborative et l’intelligence artificielle marqueront rapidement notre société, comme l’ont fait les précédentes révolutions technologiques. Bien que cela pose plusieurs défis, ces nouveaux vecteurs représentent surtout des occasions de développement pour le Québec. Un gouvernement du Parti Québécois entend prendre ses responsabilités afin de bien s’y préparer. Nous devons à la fois apporter des changements législatifs permettant l’éclosion de ces nouvelles économies et mettre en place des mesures pour soutenir les travailleuses et les travailleurs qui risquent de subir une perte d’emploi. Nous devons être proactifs en favorisant la recherche et le développement d’incubateurs d’innovations technologiques et sociales. Il faut assurer l’équilibre entre les industries implantées et les nouveaux joueurs qui redéfinissent plusieurs façons de faire. Nous avons les infrastructures, les ressources et les talents, bref, tout ce qu’il faut pour réussir ce grand virage. Donnons-nous le gouvernement qui mettra en avant une politique numérique audacieuse.

Un gouvernement du Parti Québécois entend assurer la pérennité de son industrie navale et le maintien de l’expertise québécoise.

Québécoise, Québécois,

Le 1er octobre 2018, nous serons au service du Québec, au service des ambitions du Québec, de celles et de ceux qui le composent et le façonnent. Nous serons au service des rêves de nos enfants, de nos idéaux familiaux, de nos objectifs professionnels et de nos aspirations collectives. 

Nous serons au service du Québec, de ses rangs, de ses rivières à saumon, de ses érablières, de ses rues principales, de ses berges, de celles et ceux qui les habitent, y travaillent et sentent que les décisions qui les touchent leur échappent peu à peu.

Nous serons au service de celles et ceux qui arrivent, aujourd’hui et demain, avec l’avenir devant eux, de l’espoir et des idées. Nous nous engageons à assurer la dignité, la reconnaissance et l’épanouissement de celles et ceux qui étaient ici avant nous.

Le 1er octobre, nous aurons la chance de recommencer à regarder ensemble, dans la même direction; de recommencer à se faire, toutes et tous, confiance.

Où porter notre regard?

Nous pouvons regarder l’iniquité de notre système de santé, à commencer par la trop grande part laissée  aux médecins. Nous pouvons faire davantage confiance à nos infirmières, nos préposés, nos travailleuses et travailleurs sociaux, nos pharmaciennes et pharmaciens, et tous les autres professionnels du réseau.

Nous pouvons regarder ensemble vers nos régions, faire confiance aux gens qui s’y trouvent, leur redonner des centres de décisions locaux, mettre de l’avant des moyens novateurs d’occuper notre territoire, y garder nos jeunes et y attirer des nouveaux arrivants en région. Nous allons nous assurer que toutes et tous puissent y vivre et y travailler pleinement.

Nous pouvons regarder notre démocratie pour que la vie citoyenne s’y inscrive quotidiennement en réformant d’abord notre mode de scrutin.

Nous pouvons regarder ensemble vers la réussite des jeunes et une éducation accessible à toutes et à tous.

Nous pouvons maintenir notre regard sur l’immense défi national et mondial qu’est celui de la lutte contre les changements climatiques.

Nous pouvons veiller à l’enrichissement du Québec et de son monde par le développement d’ une économie plus innovante et productive, et surtout, agir enfin à propos des paradis fiscaux.

Nous regardons vers un Québec plus juste et plus équitable qui assume ses responsabilités.

Nous voulons un Québec en forme, fort et souple porté vers l’avenir.

Nous souhaitons que les regards du monde entier se tournent vers nous, attirés par la fierté que nous dégageons à assumer ce que nous sommes, à évoluer dans la diversité et à rêver collectivement ce à quoi nous aspirons devenir.

Nous visons à être cet État prêt à regarder le monde tel qu’il est. Un Québec qui sera prêt en 2022 à franchir le pas décisif et d’asseoir à la table des nations. Nous voulons construire un Québec fier de ses choix avec vous et pour vous.

fermer

RESTONS EN CONTACT

Avant de continuer :
Le formulaire a détecté qu'il manque des informations.
Nous avons bien reçu vos informations!
Merci de votre intérêt pour le Parti Québécois.