Venue de prédicateurs islamistes radicaux à Montréal : la ministre Agnès Maltais demande une action rapide du gouvernement fédéral
mercredi 21 août, 2013
Facebook
Twitter

Québec – La ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ministre du Travail et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Agnès Maltais, a fait part de la position du gouvernement du Québec quant à la venue en septembre prochain, à Montréal, de prédicateurs islamistes radicaux. Les principes de l'égalité entre les hommes et les femmes font consensus au Québec, comme en fait foi la motion unanime adoptée à l'Assemblée nationale en octobre 2011.

La ministre rend publique la lettre ci-jointe, acheminée à la ministre fédérale de la Condition féminine, Dr Kelly Leich.


Québec, le 21 août 2013

L'Honorable Dr Kelly Leich Ministre de la Condition féminine 23, rue Paris Alliston (Ontario) L9R 1J3

Madame la ministre,

Nous avons été informés de la venue à Montréal, en septembre prochain, de prédicateurs radicaux en provenance de l'Europe. Ces individus, dont l'un s'identifie en tant que « diplômé de la Charia », prendront la parole dans le cadre de conférences organisées par le « Collectif 1ndépendance » qui rassemblent des jeunes musulmans montréalais. Un article paru ce matin dans La Presse y fait référence. Ces prédicateurs véhiculent des valeurs qui vont totalement à l'encontre des principes d'égalité entre les hommes et les femmes défendus au Québec.

Le 18 octobre 2011, dans un cas semblable, l'Assemblée nationale du Québec avait adopté à l'unanimité une motion qui exigeait du gouvernement fédéral « qu'il refuse l'entrée au Canada à deux individus considérant leurs propos homophobes et leurs discours banalisant la violence envers les femmes ».

À cette occasion, l'Assemblée nationale affirmait que ces positions rétrogrades n'ont pas leur place dans une société démocratique et vont à l'encontre des valeurs fondamentales de la société québécoise, soit l'égalité entre les hommes et les femmes et le respect de l'intégrité physique des personnes.

Ces nouvelles conférences organisées par le « Collectif 1ndépendance », de par leur caractère rétrograde, n'ont pas plus leur place dans notre société que celles de l'automne 2011. Aussi, en lien avec la motion de l'Assemblée nationale et à titre de ministre responsable de la Condition féminine du Québec, je vous demande de prendre les mesures nécessaires pour éviter la propagation de propos inacceptables pour les femmes du Québec.

Dans l'attente d'une action rapide de votre part, je vous prie d'agréer, Madame la ministre, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

La ministre,

Agnès Maltais