Une tutelle injustifiée décrétée dans le seul but d'imposer une fusion avec l'Hôpital Charles LeMoyne
mercredi 27 avril, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « Le ministre de la Santé et des Services sociaux met sous tutelle le CSSS Champlain sous prétexte qu’il existe des problèmes d’organisation de soins et de services et des supposées lacunes dans la gestion. Or, en février dernier, le Conseil québécois d’agrément a accordé une certification garantissant la qualité des soins et des services offerts à la population ainsi qu’une gestion financière exemplaire du CSSS Champlain. Voilà la preuve que le ministre impose cette tutelle uniquement pour forcer une fusion avec l’Hôpital Charles LeMoyne », a déclaré, d’entrée de jeu, la députée de Taschereau et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, Agnès Maltais.

La députée de Taschereau réclame également que le ministre de la Santé et des Services sociaux ainsi que l’Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie rendent publics sans délai tous les documents prouvant les allégations de lacunes en matière d’organisation et de gestion au CSSS Champlain ayant mené à la décision d’imposer une tutelle.

Rappelons que depuis 2004, à au moins deux reprises, les dirigeants du CSSS Champlain, de l’Agence régionale et même de l’Hôpital Charles LeMoyne ont rejeté la fusion. Le dernier rejet de cette idée date d’avril 2009 où, après une rencontre entre la direction de l’Agence régionale, des représentants de l’Hôpital Charles LeMoyne et ceux du CSSS Champlain, ceux-ci ont conclu que la fusion entre le CSSS Champlain et l’Hôpital Charles LeMoyne était un scénario non retenu. Pourtant, le ministre de la Santé et des Services sociaux presse la direction du CSSS Champlain de fusionner avec l’Hôpital Charles LeMoyne.

« L’idée de fusion a déjà été étudiée plus d’une fois et rejetée à chaque occasion. Pourtant, le ministre persiste. C’est le ministre qui doit prouver que la fusion aura des impacts positifs pour les citoyens. Je demande au ministre de rendre publiques toutes les études démontrant que cette fusion serait bénéfique pour la population. Il a le fardeau de la preuve », a conclu Agnès Maltais.

« C’est une décision injustifiable de la part du ministre. C’est de l’abus de pouvoir que de salir la réputation du conseil d’administration et des gestionnaires du CSSS de Champlain, des gens honnêtes, dévoués, impliqués qui ont su mettre en place une bonne gestion financière et un bon climat de travail. Le ministre devrait sortir de sa tour d’ivoire et écouter les intervenants de la base qui ont des solutions concrètes pour améliorer les soins de santé. Fusionner un hôpital universitaire spécialisé et ultra-spécialisé avec des soins de première ligne est contreproductif et risque à terme de détériorer la qualité des soins de première ligne », a conclu Martine Ouellet, députée de Vachon.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?