Une mission économique sans aucun résultat concret pour les Québécois
lundi 26 janvier, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Saint-Jérôme et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie, d’entrepreneuriat, de PME et d’exportations, Pierre Karl Péladeau, ainsi que le député de Rousseau et porte-parole en matière de finances et de revenu, Nicolas Marceau, déplorent l’absence de retombées de la mission européenne du premier ministre et de sa présence au Forum économique mondial de Davos.

« Visiblement, le travail de préparation en amont n’a pas été fait par le ministre de l’Économie, Jacques Daoust. Une mission économique sans aucun résultat concret, c’est navrant. La dernière mission semblable avait été menée par Pauline Marois; des investissements majeurs de plus de 450 millions, créant plus de 600 emplois, avaient alors été ramenés au Québec. Pensons entre autres à FerroAtlàntica, à White Star Capital, à Ubisoft Québec et à Cinesite », a rappelé Pierre Karl Péladeau.

La situation économique s’aggrave « Jour après jour, mois après mois, les chiffres le confirment : la situation économique du Québec s’aggrave. Pourtant, le premier ministre continue d’attendre patiemment l’effet libéral, qui n’arrive pas. Pour lui, tout va bien; donc, il ne fait rien. Visiblement, les changements incessants à la fiscalité des entreprises nuisent aux décisions d’investissement. Rappelons les coupes paramétriques de 20 % aux crédits d’impôt et les résultats de la commission Godbout qui se font toujours attendre; cette incertitude rend le Québec moins attrayant pour les entreprises. Ajoutons à cela les coupes du président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, qui nuisent à la croissance économique. Décidément, la recette libéralo-caquiste ne fonctionne pas », a déclaré Nicolas Marceau.

Le député rappelle par ailleurs que l’ISQ annonçait la semaine dernière que le PIB du Québec a reculé de 0,4 % en octobre. On parle donc de deux baisses au cours des trois derniers mois. On apprenait également que les exportations québécoises ont diminué de 11,5 % en novembre, le dernier mois mesuré; cette chute est beaucoup plus marquée que dans le reste du Canada.

« Alors que depuis l’arrivée des libéraux, le Québec a le pire bilan en matière d’emploi au Canada, le ministre Jacques Daoust partage l’attentisme de son premier ministre. Au lieu d’écrire des communiqués le samedi pour tenter de rassurer les personnes qui perdent leur emploi, comme il l’a fait pour Bombardier à La Pocatière, il doit agir! L’austérité libéralo-caquiste et l’inaction n’aident en rien nos PME et nos entrepreneurs; leur confiance s’amenuise, ce qui ralentit l’investissement et la création d’emplois. La léthargie libérale doit cesser. Concrètement, que fera le gouvernement? S’il n’a pas d’idée, qu’il reprenne notre politique économique Priorité emploi », a conclu Pierre Karl Péladeau.