Un SLR et un train de l’Ouest plus chers pour financer le rendement requis à la Caisse de dépôt et placement
mercredi 14 janvier, 2015
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, d’électrification des transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, émet de sérieuses réserves quant à la place que prendra la Caisse de dépôt et placement dans le financement et l’opération de services de transport collectif au Québec.

« Rien n’est gratuit ni magique! Le SLR et le train de l'Ouest vont coûter plus cher aux citoyens et aux utilisateurs. En confiant le financement et l'opération à la Caisse, qui n'a pas d'expertise en matière de processus d'approvisionnement ni en ce qui concerne l'opération d’infrastructures de transport collectif, on ajoutera aux coûts des projets le rendement requis de la Caisse », a déclaré Martine Ouellet.

Rappelons qu’en avril 2013, le ministre des Transports de l’époque, Sylvain Gaudreault, créait un bureau de projet à l’Agence métropolitaine de transport pour coordonner la réalisation d’un système léger sur rail (SLR) sur le nouveau pont Champlain. Le projet était d’ailleurs soumis à la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique, mise en place en février 2014 par le gouvernement du Parti Québécois.

« Pendant que tous les acteurs en transport dans la région métropolitaine s’entendent pour dire qu’il y a trop d’intervenants dans le dossier et qu’une meilleure coordination est nécessaire, le gouvernement libéral décide d’ajouter un acteur qui n’a aucune expertise en matière de gestion ou d’exploitation d’un service de transport collectif. Cette nouvelle formule dite "innovante" favorisera le rendement avant tout et ouvrira toute grande la porte au privé dans la gestion de nos services publics. Ultimement, ce seront les utilisateurs et l’ensemble des Québécois qui paieront la note et assumeront tous les risques », a ajouté Martine Ouellet.

La contribution du gouvernement fédéral

Lors de l’annonce, en avril 2013, de l’implantation d’un SLR sur le nouveau pont Champlain, le gouvernement du Parti Québécois avait signifié son intention de le faire financer en bonne partie par le gouvernement fédéral, par le biais du programme d’Infrastructure Canada. « Le gouvernement libéral fait preuve encore une fois d’à-plat-ventrisme face au fédéral. Il choisit la solution facile : piger dans le bas de laine des Québécois et leur faire assumer tous les risques », a conclu la porte-parole.

Visionnez la conférence de presse.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?