Troubles envahissants du développement, déficience intellectuelle et déficience physique - la ministre Véronique Hivon passe de la parole aux actes : investissement de plus de 1,3 M$ supplémentaire pour la région de l’Outaouais
dimanche 14 avril, 2013
Facebook
Twitter

La ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, madame Véronique Hivon, a annoncé aujourd’hui que la région bénéficiera annuellement d’un budget supplémentaire de 1 356 600 $ pour améliorer les services aux jeunes adultes de 21 ans et plus ayant un trouble envahissant du développement (TED), comme l’autisme, une déficience intellectuelle ou une déficience physique. Ce financement additionnel récurrent découle d’une nouvelle enveloppe globale de 10 millions de dollars que la ministre a confirmée le 8 avril dernier. Elle était accompagnée pour l’occasion du ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Réjean Hébert, et du ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de l’Outaouais, monsieur Stéphane Bergeron.

« Il s’agit essentiellement d’améliorer à court terme l’offre d’activités socioprofessionnelles et de services résidentiels adaptés aux 21 ans et plus, des enjeux majeurs pour les jeunes adultes ayant un TED ou une déficience », a expliqué madame Hivon. Ce rehaussement budgétaire s’ajoute à celui de 2 322 492 $ déjà annoncé pour l’Outaouais, qui vise des objectifs plus généraux liés notamment à l’amélioration des services d’évaluation et d’intervention précoce, des services spécialisés offerts par les centres de réadaptation et du soutien à la famille. La région bénéficiera ainsi de plus de 3,6 millions de dollars supplémentaires en 2013-2014 pour répondre aux besoins de ces personnes.

« Les nouvelles sommes annoncées aujourd’hui permettront de proposer aux personnes ayant un TED ou une déficience des activités de jour significatives, liées à leurs intérêts et adaptées à leur situation spécifique. Elles pourront servir à la mise sur pied d’initiatives reposant sur des approches novatrices ou à la bonification et à la consolidation de projets existants, propices au maintien des acquis et qui pourront par la suite servir de modèles. Elles permettront aussi de mettre en place de nouvelles formules résidentielles avec soutien convenant à de jeunes adultes ayant une déficience qui sont en quête d’autonomie », a précisé madame Hivon.

Le ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de l’Outaouais s’est réjoui de la prise en compte des défis et de la situation particulièrement difficile vécus par la région, du fait de l’écart de financement significatif qui la caractérise pour ces programmes. « Je suis heureux de voir que la ministre a bien compris les enjeux qui caractérisent notre région. Elle pose aujourd’hui un geste fort pour les personnes qui doivent composer à chaque jour avec le défi de la différence, qui bénéficieront directement de cette nouvelle mise de fonds », a déclaré monsieur Bergeron.

Création d’un groupe de travail

Madame Hivon a aussi rappelé la mise en place d’un groupe de travail devant se pencher particulièrement sur l’organisation des activités socioprofessionnelles offertes aux personnes de 21 ans ou plus ayant un TED ou une déficience.

« Au cours des rencontres que j’ai menées auprès des différentes associations actives dans ce domaine, l’accessibilité, la qualité, l’organisation et la coordination des services sont apparues comme des enjeux importants, qui méritent une réflexion approfondie. Pour répondre à ces préoccupations, il est nécessaire d’asseoir les différents partenaires autour d’une même table. C’est pourquoi j’ai voulu mettre sur pied un groupe de travail réunissant des acteurs du réseau de la santé et des services sociaux, ainsi que des représentants des autres ministères concernés par le sujet, de l’Office des personnes handicapées du Québec et, bien sûr, des personnes du milieu associatif, ces dernières pouvant traduire les écueils bien concrets vécus sur le terrain. Nous pourrons ainsi faire le point sur la situation et les problèmes actuels et surtout trouver des pistes d’amélioration à la fois adaptées, originales et efficaces pour assurer des services répondant réellement aux besoins des personnes concernées », a-t-elle ajouté.

« Les annonces d’aujourd’hui constituent des gestes concrets pour l’amélioration des services, à la fois à court terme avec l’ajout de plus de 3,6 millions dans la région de l’Outaouais, et à moyen terme avec la création d’un groupe de travail. Je suis convaincue que le réseau de la santé et des services sociaux, le milieu communautaire et tous leurs partenaires sauront travailler de concert pour aider de façon encore plus efficace ces personnes et leurs familles », a conclu la ministre Véronique Hivon.