Trois ans de retard pour un autre bonbon électoral
jeudi 18 janvier, 2018
Facebook
Twitter

Québec, le 18 janvier 2018 – Le porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés, Harold LeBel, et le porte-parole en matière de services sociaux, Dave Turcotte, dénoncent la négligence du gouvernement libéral dans le dossier des gicleurs dans les résidences privées pour aînés. En effet, les sommes annoncées auraient dû l’être il y a trois ans; le Parti Québécois les a d’ailleurs réclamées à maintes reprises. Mais le Parti libéral, par opportunisme, a préféré attendre l’année électorale pour aller de l’avant.

 

 

EN BREF

 

  • Dès l’annonce du programme, en février 2015, le Parti Québécois soulevait des inquiétudes quant au sous-financement et aux délais, jugés trop longs.
  • Nous avons réclamé à maintes reprises le remboursement à 100 % pour les OBNL d’habitation.
  • Les libéraux ont fait preuve de négligence pendant trois ans. Aujourd’hui, alors que les élections auront lieu cette année, ils trouvent miraculeusement des sommes pour corriger leur erreur.

 

 

« En mai dernier, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, nous disait que le gouvernement octroyait suffisamment d’argent pour permettre l’installation de gicleurs dans les résidences privées pour aînés, même si nous lui avions démontré que plusieurs d’entre elles n’avaient tout simplement pas les moyens d’assumer cette dépense, voire qu’elles risquaient de fermer. Aujourd’hui, surprise! Le ministre sort un autre lapin de son chapeau », a illustré Dave Turcotte.

 

C’est devenu une évidence : pour le Parti libéral, gouverner, c’est couper ou sous-financer jusqu’à la prochaine année électorale. À ce moment, miraculeusement, l’argent réapparaît. « Ce que ce gouvernement ignore, c’est que sur le terrain, ses décisions ont un réel impact sur les citoyens. Pourquoi avoir attendu jusqu’à aujourd’hui pour investir ces sommes, alors qu’on aurait pu – qu’on aurait dû, même – le faire il y a trois ans? Lorsqu’il s’agit d’un enjeu aussi important, et après la tragédie que nous avons connue à L’Isle‑Verte, il est désolant de voir le gouvernement agir de la sorte », a poursuivi le porte‑parole.

 

« Dès l’annonce du programme, en février 2015, ma collègue Carole Poirier et moi avions demandé au gouvernement de rehausser le financement et d’agir plus rapidement. Le délai de 5 ans accordé aux propriétaires pour munir leurs résidences de gicleurs était à l’évidence beaucoup trop long, nous menant à décembre 2020. Depuis trois ans, le gouvernement ignore les messages qui lui sont lancés. Il n’a rien fait, même s’il savait que la complexité du programme allait ralentir l’installation des gicleurs. Considérant l’incompétence de ce gouvernement, ce sera très difficile d’atteindre les objectifs, même d’ici décembre 2020 », a conclu Harold LeBel.