TransCanada : les lois environnementales du Québec doivent être appliquées convenablement
mardi 2 septembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement durable et d’environnement, Sylvain Gaudreault, et le député de Marie-Victorin et porte-parole en matière d’énergie et de ressources naturelles, Bernard Drainville, demandent au ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, de prendre enfin ses responsabilités et de faire appliquer les lois environnementales du Québec.

Le Parti Québécois souligne notamment que la tenue d’une procédure environnementale complète sur le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada passe avant l’octroi de tout certificat d’autorisation pour la tenue de travaux de forages dans le Saint-Laurent. « Y a-t-il un ministre de l’Environnement au sein du gouvernement libéral? Le rôle du ministre Heurtel est de prendre une décision en fonction de la meilleure information scientifique disponible. Il ne le fait pas. Or, le principe de précaution élémentaire exige de protéger avant tout la faune et son habitat essentiel, compte tenu de la menace qui pèse sur le rétablissement de la population de bélugas », a déclaré le député de Jonquière.

Rappelons que TransCanada n’a pas encore transmis au ministre Heurtel les études d’impact sur l’environnement, obligatoires pour documenter les effets de la construction du port pétrolier à Cacouna sur la population de bélugas. « En somme, le ministre ne dispose pas de suffisamment d’information pour octroyer un certificat d’autorisation », a ajouté Sylvain Gaudreault.

Le Parti Québécois constate que le projet de TransCanada envisage de faire du Québec une voie de passage pour l’exportation du pétrole des sables bitumineux. « Si l’on se fie à l’information disponible, on entrevoit une disproportion entre les bénéfices économiques minimes et les risques environnementaux et de sécurité démesurés pour le Québec. Cette histoire ressemble de plus en plus à un jeu auquel le Québec est invariablement perdant », a conclu Bernard Drainville.

Les députés de Jonquière et de Marie-Victorin enjoignent le ministre à revenir sur sa décision et à maintenir la suspension des forages géotechniques, à publier immédiatement tous les avis scientifiques, à exiger le plus rapidement possible de TransCanada les études d’impact sur l’environnement, et à convoquer d’urgence un BAPE complet sur le projet Énergie Est.