Train de banlieue Iberville – Saint-Jean – Montréal : il faut passer du rêve à la réalité
dimanche 6 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Saint-Jean-sur-Richelieu – À la lumière de l’étude d’impact commandée par la Société des ponts fédéraux, la députée d’Iberville, Marie Bouillé, et le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, accompagnés du porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports et député de Gouin, Nicolas Girard, pressent le ministre des Transports, Pierre Moreau, d’aller de l’avant dès maintenant avec le projet de train de banlieue reliant Iberville, Saint-Jean et Montréal.

« Le rapport met en évidence l’urgence qu’une annonce soit faite en faveur d’une nouvelle construction pour remplacer le pont Champlain. Il rappelle également l’importance de concevoir un plan alternatif en matière de transport collectif pour sauver l’économie de la métropole. Il nous faut des solutions concrètes : le train de banlieue entre Iberville, Saint-Jean et Montréal en est une », soulignent les députés Marie Bouillé et Dave Turcotte.

Une campagne est lancée pour mobiliser la population

En collaboration avec les députés Bouillé et Turcotte, l’organisme Éco-Train Saint-Jean-sur-Richelieu lance une campagne de promotion sous le thème voiedavenir.com. La population est invitée à signifier aux autorités son appui au projet de train de banlieue Iberville – Saint-Jean – Montréal par le biais du site Internet ou de la page Facebook créée spécifiquement pour cette campagne, Moi, je veux mon train. D’autres mesures de promotion seront mises de l’avant, notamment des autocollants et une publicité numérique en bordure de l'autoroute 10 près du stationnement incitatif Chevrier/Brossard.

Le député de Gouin, Nicolas Girard, souligne que, dans l’optique d’éventuels travaux sur le pont Champlain, ce sont plus de 200 000 automobilistes et 50 000 usagers du transport par autobus qui, quotidiennement en Montérégie, devront revoir leur utilisation des moyens de transport. C’est sans compter les pertes économiques astronomiques qu’occasionne la congestion routière, des pertes estimées à 600 millions de dollars annuellement dans le secteur manufacturier de la métropole, selon une récente étude de la Société des ponts fédéraux.

Il ne manque que la volonté politique

« La vie de l’actuel pont Champlain est terminée. Indéniablement, il faut le remplacer, mais il faut faire davantage. Toutes les mesures pour faciliter la vie des automobilistes doivent être envisagées. Le train de banlieue reliant Iberville, Saint-Jean et Montréal est une mesure efficace, peu coûteuse et écologique. Le ministre Moreau doit s’engager sur cette voie », a déclaré Nicolas Girard.

Le porte-parole du Parti Québécois en matière de transports rappelle que le gouvernement s’est fixé des objectifs ambitieux pour augmenter l’offre et l’utilisation des transports collectifs. En 2006, le gouvernement espérait augmenter l’offre de 16 % d’ici 2012. « Il est minuit moins une et le problème est encore plus criant aujourd’hui. Sans détour, il faut miser sur les transports collectifs pour améliorer la qualité de vie des familles des banlieues. Il ne manque que la volonté politique », a conclu Nicolas Girard.