Tragédie de l'École Polytechnique : le Parti Québécois se souvient
lundi 7 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « À l’occasion du 22e anniversaire du drame de l’École Polytechnique, le Parti Québécois tient à commémorer cet événement en mémoire des 14 jeunes femmes victimes d’un acte toujours aussi incompréhensible et inacceptable après toutes ces années. Ce drame vécu par les familles des victimes ne doit pas être oublié et les luttes qu’elles ont menées par la suite ne doivent pas être vaines », a déclaré la députée de Marguerite-D’Youville et porte-parole de l'opposition officielle en matière de condition féminine, Monique Richard.

« Alors que tout le Québec commémore ce drame, il est déplorable de constater que le gouvernement du Canada persiste à vouloir abolir le registre des armes à feu », a ajouté le député de Marie-Victorin et porte-parole de l'opposition officielle en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes, Bernard Drainville.

On se rappellera que c’est à la suite de la tragédie de l’École Polytechnique qu’une mobilisation sans précédent menée par les proches des victimes avait amené le gouvernement fédéral à mettre sur pied un registre des armes à feu.

« Depuis 2006, l’Assemblée nationale du Québec a adopté sept motions unanimes pour exiger le maintien intégral du registre et la protection des données provenant du Québec. L’Assemblée nationale a demandé au contrôleur québécois des armes à feu de prendre toutes les mesures pour protéger les données. Il est impératif que les données soient préservées pour protéger le registre au Québec. Devant l’intransigeance du gouvernement canadien, le gouvernement du Québec doit intenter un recours juridique pour empêcher la destruction des données », a conclu le député de Verchères et porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?