Tournée en Montérégie - Des députés du Parti Québécois rencontrent des représentants d'organismes dédiés à la protection de l'environnement
mercredi 21 janvier, 2015
Facebook
Twitter

BELŒIL – Dans le cadre de la tournée des députés du Parti Québécois en Montérégie, le député de Jonquière et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'environnement et de développement durable, Sylvain Gaudreault, le député de Marie-Victorin et porte-parole en matière d'énergie et de ressources naturelles, Bernard Drainville, le député de Bonaventure et porte-parole en matière de forêts, Sylvain Roy, ainsi que l'ex-député du Parti Québécois dans Borduas, Pierre Duchesne, ont rencontré les représentants de plusieurs organismes environnementaux implantés en Montérégie et dans la circonscription de Borduas, dont ceux de la Fondation Cowboys Fringants, du Comité de concertation et de valorisation du bassin versant de la rivière Richelieu et du Collectif Moratoire Alternatives Vigilance Intervention.

« Le gouvernement libéral agit seulement dans une logique économique d'austérité. Il souffre d'un manque flagrant de vision écologique. De son côté, le Parti Québécois est déterminé à faire la promotion de la souveraineté environnementale du Québec. En ce sens, rappelons-nous le dépôt du projet de loi 390, affirmant la primauté de la compétence environnementale du Québec. Il est essentiel d'envoyer un signal fort au gouvernement fédéral, pour lui faire savoir que le Québec, de concert avec ses citoyens, défend son environnement et compte garder le dernier mot sur tous les projets qui le concernent en cette matière », a déclaré Sylvain Gaudreault.

« Le rapport du BAPE sur l'avenir des gaz de schiste est catégorique : les projets ne seraient pas rentables économiquement, ils auraient des impacts environnementaux importants, notamment sur l'eau, et, de toute façon, la société n'en veut pas. En 2015, le gouvernement libéral doit réparer son erreur d'avoir favorisé les gaz de schiste au Québec, en garantissant aux citoyens qui habitent près des puits abandonnés que leur approvisionnement en eau ne sera pas affecté à long terme », a ajouté Bernard Drainville.

« L'enjeu de l'eau est capital, non seulement pour l'environnement, mais aussi dans une perspective de développement durable du territoire. Les organismes de bassins versants sont engagés pour réunir tous les usagers de l'eau vers une gestion intégrée de cette ressource. Il faut soutenir ces piliers, réviser et mettre en œuvre la Politique nationale de l'eau, et arrimer la protection de l'eau avec l'aménagement du territoire », a poursuivi Sylvain Roy.

« Ces rencontres, tenues dans la circonscription de Borduas, ont permis de braquer les projecteurs sur des enjeux centraux pour la promotion d'un développement durable au Québec. Au moment où les libéraux ont le devoir de mettre à jour la Stratégie gouvernementale de développement durable 2015-2020 et la Politique énergétique 2016-2025, notamment, le Parti Québécois démontre qu'il est à l'écoute des éveilleurs de conscience environnementale et qu'il est déterminé à agir pour faire du Québec un pays vert et bleu », a conclu Pierre Duchesne.