Tableaux blancs interactifs - Le ministre Yves Bolduc doit rendre public le rapport de son ministère
vendredi 23 mai, 2014
Facebook
Twitter

Québec, le 23 mai 2014 – La députée de Pointe-aux-Trembles et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation primaire et secondaire, Nicole Léger, demande au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, de rendre public le rapport interne de son ministère indiquant qu’il y a eu des irrégularités dans le dossier des tableaux blancs interactifs.

« Ce projet, sorti tel un lapin de son chapeau par le premier ministre Jean Charest lors de son discours d’ouverture, en 2011, suscite des questionnements depuis le début concernant non seulement la nécessité pédagogique des outils, mais également l’aspect éthique de l’appel d’offres pour leur déploiement », a affirmé Nicole Léger.

Un article du Devoir nous apprend qu’il y aurait eu un manque de planification, de suivi et de formation – les constats du rapport établissant clairement les erreurs de gestion commises dans ce programme –, et même que le MELS n’aurait pas reçu l’avis des enseignants avant et pendant l’utilisation de ces tableaux.

On apprend également par les médias que le rapport indiquait la présence de seulement deux soumissionnaires pour l’appel d’offres. La firme ayant obtenu le contrat était représentée par Martin Daraîche, un ancien conseiller de la ministre Nathalie Normandeau et du premier ministre Charest.

« Les Québécois ont payé pour l’achat de ces tableaux; il est normal qu’ils puissent avoir accès au rapport et savoir ce que le ministre Yves Bolduc en fera. Ce programme doit faire l’objet d’une étude approfondie. Les enseignants, les professionnels et les élèves méritent les meilleurs outils favorisant l’apprentissage, mais encore faut-il qu’ils soient adaptés et efficaces », a conclu la députée.