Surtaxe sur le papier surcalandré - Le premier ministre Philippe Couillard doit rassurer les travailleurs
jeudi 12 mai, 2016
Facebook
Twitter

Québec – En compagnie de représentants des travailleurs de la forêt de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, dont plusieurs des usines de Kénogami et de Dolbeau-Mistassini, le député de Jonquière et chef de l’opposition officielle, Sylvain Gaudreault, ainsi que le député de Bonaventure et porte-parole du Parti Québécois en matière de forêts, Sylvain Roy, ont insisté pour que le premier ministre agisse rapidement dans le dossier de la surtaxe qui afflige les producteurs de papier surcalandré, et qu’il rassure les travailleurs.

« En octobre dernier, le département américain du Commerce a déterminé que les producteurs québécois de papier surcalandré devraient payer une surtaxe. Les usines de Kénogami, au Saguenay, et de Dolbeau-Mistassini, au Lac-Saint-Jean, doivent depuis ce temps payer une taxe de 18 % sur le papier qu’ils exportent aux États-Unis. Ça représente des coûts supplémentaires, pour chacune, de plus de 1 million de dollars par mois. La situation devient dangereuse pour l’avenir de ces deux usines situées dans ma région, également celle du premier ministre. Des travailleurs sont avec nous aujourd’hui et ils sont inquiets. Le premier ministre a dit qu’il y avait un retard du côté du fédéral. Il n’a pas l’air de se rendre compte que la situation est grave. Il doit rassurer les travailleurs, agir avec diligence et avec force. Je lui rappelle la fermeture de Graphic Packaging, l’été dernier, qui aurait pu être évitée s’il avait agi », a déclaré Sylvain Gaudreault.

« Depuis 2005, c’est plus de 20 000 emplois directs qui ont été perdus dans la transformation du bois. Quelque 286 usines ont fermé leurs portes. Il y en a deux autres sur qui pèse une menace très grave. Une fermeture, même temporaire, pourrait permettre à des concurrents américains de prendre le marché de nos usines. Le ministre des Forêts doit prendre ses responsabilités et demander à Ottawa de faire annuler cette surtaxe, qui menace des communautés forestières du Québec », a pour sa part indiqué Sylvain Roy.