Stratégie d'intervention gouvernementale pour le développement de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine - Le ministre Gaétan Lelièvre et le député Sylvain Roy annoncent une aide financière de plus de 1,7 M$ pour la réalisation de la deuxième phase d'agrandissement et la consolidation des infrastructures du Bioparc de la Gaspésie
vendredi 13 septembre, 2013
Facebook
Twitter

Bonaventure – Le ministre délégué aux Régions, ministre responsable de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et député de Gaspé, monsieur Gaétan Lelièvre, accompagné du député de Bonaventure et adjoint parlementaire au ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (volet Faune et parcs), monsieur Sylvain Roy, sont fiers d'annoncer, au nom du ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, ministre des Transports et député de Jonquière, monsieur Sylvain Gaudreault et au nom du ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, monsieur Yves-François Blanchet, que le gouvernement du Québec s'engage à verser au Bioparc de la Gaspésie inc. une aide financière pouvant atteindre 1 585 000 $ pour la réalisation de la deuxième phase d'agrandissement et la consolidation des infrastructures du Bioparc de la Gaspésie. Le gouvernement du Québec a accordé une autorisation préliminaire pour ce projet et cette aide provient du Programme d'infrastructures Québec-Municipalités (PIQM) conditionnellement à l'engagement des autres partenaires financiers.

À cette aide s'ajoute une contribution financière de 150 000$ du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) pour acquérir un quai flottant et deux pontons à motorisation électrique. Ce projet sera réalisé sur le territoire de la réserve aquatique de l'Estuaire-de-la-Rivière-Bonaventure en partenariat avec la Table de concertation du littoral de Bonaventure (TCLB).

Parc animalier à vocation éducative et écologique, le Bioparc de la Gaspésie propose aux visiteurs de découvrir la richesse et la diversité de la faune et de la flore gaspésiennes. La deuxième phase de développement de ce projet prévoit notamment un nouvel habitat pour les phoques, un pavillon pour les amphibiens et les reptiles du Québec ainsi que l'ajout de quatre nouvelles espèces animales nécessitant l'aménagement d'habitats adaptés à leurs besoins. Ces installations uniques au Québec pour des espèces indigènes permettront de renforcer la collection du Bioparc de la Gaspésie et surtout d'allonger la durée des visites et des séjours sur le site. Ainsi, les travaux prévus dans cette phase du projet visent à renforcer le pôle animalier en plus d'agrandir et de consolider les infrastructures existantes.

« Cet appui important de notre gouvernement à la réalisation de la deuxième phase d'expansion du site exceptionnel du Bioparc de la Gaspésie est une excellente nouvelle pour la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et pour le Québec. Ce projet fait partie de la Stratégie d'intervention gouvernementale pour le développement de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine 2013-2018, dont l'objectif est de soutenir la croissance économique de la région en mettant en valeur ses multiples ressources », a indiqué le ministre Gaétan Lelièvre.

« Je suis très heureux du soutien au développement du Bioparc de la Gaspésie annoncé aujourd'hui. Cet appui permettra la réalisation des travaux de développement de la deuxième phase du projet, d'améliorer la rentabilité financière de ce site animalier en plus de stimuler l'économie locale ainsi que celle de la région de la Gaspésie. En tant que moteur de l'industrie touristique, le Bioparc de la Gaspésie est un produit d'appels pouvant attirer un plus grand nombre de visiteurs et générer d'importantes retombées économiques pour la ville de Bonaventure et les environs », a déclaré le député Sylvain Roy.

La contribution du gouvernement du Québec à ce projet s'inscrit dans le cadre du Plan québécois des infrastructures (PQI) 2013-2023 rendu public en avril dernier. Rappelons que ce plan décennal entraînera, à terme, des investissements de 8,1 milliards de dollars pour le volet infrastructures municipales. Il aura un impact économique majeur sur tout le territoire du Québec, avec près de 60 000 emplois créés ou maintenus en moyenne par année.

Ce plan marque par ailleurs un virage dans la façon d'investir et de gérer les infrastructures publiques. Cette nouvelle façon de faire permettra d'évaluer de façon prospective les besoins en fonction des priorités des Québécois, de bien mesurer les coûts qui y sont associés et de faire ainsi des choix éclairés.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?