Sondages truqués et propos incendiaires - Philippe Couillard approuve-t-il la conduite de son ministre?
jeudi 15 janvier, 2015
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé et d’accessibilité aux soins, Diane Lamarre, dénonce les propos du ministre Gaétan Barrette, qui tente de discréditer les médecins en reconnaissant qu’il a lui-même truqué des sondages alors qu’il était président de la FMSQ.

« Ce n’est pas parce que le ministre a utilisé des tactiques malhonnêtes que tous les médecins du Québec sont sans foi ni loi. Au moment où Gaétan Barrette démantèle tout le système de santé sur la base d’un modèle qu’il a, seul, créé de toutes pièces, au moment où il opprime, sans le moindre respect, la majorité des professionnels de la santé, au moment où il admet avoir trafiqué la réalité, pouvons-nous encore le croire et lui faire confiance? Il est tellement naturel pour lui d’employer des tactiques douteuses qu’il l’a avoué tout bonnement en point de presse, hier, comme si c’était parfaitement normal. Est-ce que le premier ministre approuve la conduite de son ministre? Est-ce que truquer des sondages est une pratique acceptable pour le Parti libéral? », a questionné Diane Lamarre.

Le premier ministre doit rappeler son ministre à l’ordre, sans quoi cela signifierait qu’il est d’accord avec ses tactiques. En encourageant les membres de la FMSQ à répondre « de façon positive » et « avec enthousiasme » aux sondages, Gaétan Barrette a carrément incité les médecins spécialistes à mentir afin d’obtenir des hausses salariales de plusieurs milliards de dollars, un gain qui, rappelons-le, lui a valu une prime de 1,2 million de dollars au printemps dernier.

« Comment le premier ministre peut-il confier au ministre de la Santé, qui démontre une éthique plus que douteuse, la moitié du budget du Québec? Quand nous ment-il? Quand embellit-il la réalité? Comment croire ses déclarations, maintenant qu’il a admis avoir lui-même menti, candidement, sans démontrer aucun malaise? », a conclu la députée du Parti Québécois.