Shell : les libéraux reviennent sur leur parole
jeudi 16 juin, 2011
Facebook
Twitter

Montréal – Huit mois après avoir obtenu la tenue d’un mandat d’initiative sur la sécurité des approvisionnements en produits pétroliers, la députée de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger, déplore l’attitude des députés libéraux. Ces derniers, après avoir donné leur accord de principe sur le contenu du rapport à déposer devant l’Assemblée nationale, sont revenus sur leur parole quelques jours plus tard.

Au cours des derniers mois, les membres de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles (CAPERN) ont entendu plusieurs intervenants, dont les directions des trois raffineries québécoises. « Nos discussions nous avaient permis d’en arriver à un compromis sur les constats et les recommandations à transmettre au gouvernement et le tout s’était fait de manière consensuelle », a expliqué Nicole Léger.

Le député de Rousseau, Nicolas Marceau, qui a aussi participé aux travaux du mandat d’initiative, se questionne sur l’implication de la ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, dans ce revirement de situation. « Si les députés libéraux membres de la CAPERN sont revenus sur leur parole six jours après avoir donné leur accord, est-ce parce que la ministre Nathalie Normandeau s’est immiscée dans le processus pour imposer la vision libérale? Si tel est le cas, c’est inacceptable puisque la ministre n’a pas à s’ingérer dans le travail des députés », a ajouté Nicolas Marceau.

Pour sa part, le député de Jonquière et membre de la CAPERN, Sylvain Gaudreault, précise que plusieurs séances de travail ont permis aux membres de faire un travail consciencieux et de débattre sur l’enjeu de la sécurité des approvisionnements en produits pétroliers à la suite de l’annonce de la fermeture de la raffinerie Shell de Montréal-Est. « Nous avons confronté nos visions, nous avons échangé sur le fond des choses et en sommes venus à des constats et à des recommandations acceptables pour tous. De qui est venue la pression qui a fait en sorte que les libéraux arrivent avec une toute nouvelle version du rapport? », s’est interrogé Sylvain Gaudreault.

Maintenant qu’il est impossible que le rapport de la commission soit déposé à l’Assemblée nationale avant l’automne, la députée de Pointe-aux-Trembles exige que la ministre Normandeau respecte son engagement de ne pas émettre de permis de démantèlement de la raffinerie Shell de l’Est de Montréal avant le dépôt du rapport de la commission. « Lors de la période de questions du 9 juin dernier, Nathalie Normandeau a répété cet engagement. Tiendra-t-elle parole ou se réfugiera-t-elle derrière la zizanie qu’elle a elle-même semée pour justifier l’émission du permis de démantèlement? », s’est questionnée la députée.