Services de garde en milieu scolaire - Le ministre de l’Éducation a personnellement décidé de couper
vendredi 22 mai, 2015
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Pointe-aux-Trembles et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation primaire et secondaire et de persévérance scolaire, Nicole Léger, constate une fois de plus que les compressions sauvages du Parti libéral touchent directement les services aux parents et aux jeunes.

« Non seulement le gouvernement a décrété une hausse des tarifs des services de garde dans les écoles de 7,30 $ à 8 $, mais il a aussi décidé de réduire ses subventions de 9 % à 43 %, selon le nombre de jeunes fréquentant le service de garde. Ce que cela signifie, c’est que les parents vont payer plus pour avoir encore moins de services », a dénoncé Nicole Léger.

« Cette fois-ci, le gouvernement ne peut pas tenter de blâmer les écoles; il s’agit d’une décision du ministre de l’Éducation, François Blais, qu’il a prise en approuvant personnellement de nouvelles règles budgétaires », a expliqué Mme Léger.

Le discours des libéraux n’est pas crédible

« Depuis plus d’un an, le gouvernement répète ad nauseam que les compressions en éducation ne touchent pas les services aux élèves. Or, on sait depuis longtemps que tout cela n’était que de la poudre aux yeux. Le gouvernement libéral doit cesser de chercher des boucs émissaires », a conclu la porte-parole.