S'entraider pour soutenir les travailleurs : le Parti Québécois rapatriera l'assurance-emploi
mercredi 8 août, 2012
Facebook
Twitter

Saint-Siméon – La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, considère que la patience des travailleurs québécois a assez duré et qu'il est temps de rapatrier l'assurance-emploi. À cet égard, elle a salué le travail du maire de Saint-Siméon, Sylvain Tremblay, qui a convaincu au cours des derniers mois des dizaines de municipalités de la nécessité de rapatrier le régime d'assurance-emploi. À ce jour, plus de 70 municipalités ont adopté une résolution en ce sens.

« Il faut rappeler tout d'abord que le régime d'assurance-emploi n'est pas financé par le gouvernement fédéral mais par les travailleurs et les employeurs. La seule implication du gouvernement fédéral au cours des dernières années a été de prendre l'argent des cotisants et de le détourner vers d'autres programmes ou de payer le déficit fédéral. Pendant ce temps, toute modification à la loi pour augmenter l'accessibilité des chômeurs au régime d'assurance-emploi a été rejetée par les gouvernements libéraux et conservateurs. On n'a plus rien à attendre d'Ottawa. Pour nos chômeurs, il nous faut un régime d'assurance-emploi québécois », a indiqué Pauline Marois.

Au début de la Confédération, l'assurance-chômage était de compétence provinciale, mais dans les années 30, pendant la crise économique, le gouvernement fédéral, plus riche, s'est entendu avec les provinces pour reprendre ce programme. Depuis les années 80, le gouvernement fédéral ne cotise plus à la caisse d'assurance-emploi, mais bénéficie des surplus de celle-ci, qu'il utilise à d'autres fins.

« Quand on sait que moins de 50 % des chômeurs ont accès au régime et que les conservateurs refusent de les aider, on a l'obligation morale de prendre les choses en main. Ne pas rapatrier l'assurance-emploi serait un cas de non-assistance à personne en danger », a déclaré Pauline Marois.

Un gouvernement du Parti Québécois entreprendra le plus rapidement possible des négociations avec le gouvernement fédéral pour rapatrier ce régime qu'il bonifiera par la suite, en tenant compte des besoins des chômeurs et de la réalité de nos régions, notamment en ce qui a trait au travail saisonnier, et s'assurera que la caisse d'assurance-emploi ne serve qu'à l'assurance-emploi. Soit nous avançons tous ensemble en nous entraidant, soit nous laissons se perpétuer le vol de la caisse et l'inaction devant les difficultés des gens. C'est à nous de choisir », a conclu la chef du Parti Québécois.