S'entraider - Justice : le Parti Québécois propose des mesures pour aider les gens dans le besoin
dimanche 26 août, 2012
Facebook
Twitter

Montréal – En matière de justice, la chef du Parti Québécois, Pauline Marois, s'engage à mettre en place des mesures concrètes pour aider les gens dans le besoin. « Il faut ramener le citoyen au cœur de notre système de justice. Alors que le gouvernement de Stephen Harper et la CAQ prônent une justice à l'américaine, coercitive et vengeresse, le modèle québécois mise sur la prévention, la réhabilitation et l'aide aux victimes. Il s'agit d'un modèle qui a fait ses preuves. C'est pourquoi le Parti Québécois propose plutôt de soutenir davantage les victimes d'actes criminels et leur famille », a-t-elle affirmé.

« Nous nous engageons donc à revoir les régimes d'aide et d'indemnisation des victimes d'actes criminels afin de mieux soutenir les victimes et leur famille. Pour ce faire, nous élargirons la liste des actes criminels couverts, nous laisserons plus de temps aux victimes pour déposer une réclamation et nous simplifierons les procédures », a ajouté Pauline Marois, en rappelant que le rapport Lemieux, commandé par le gouvernement libéral en 2006, prévoyait de nombreuses recommandations qui n'ont jamais été appliquées.

À la suite de la pétition d'Isabelle Gaston, parrainée par le candidat du Parti Québécois dans Saint-Jérôme, Gilles Robert, le gouvernement a annoncé l'augmentation des montants remis aux parents d'un enfant décédé à la suite d'un crime violent, sans pour autant élargir la liste des crimes couverts. Un gouvernement péquiste étendra le programme à un plus grand nombre de crimes, de manière à indemniser davantage de victimes, et le délai pour effectuer une réclamation passera de un an à trois ans. Ces mesures coûteront 5 millions de dollars par année.

Toujours dans le but d'aider les gens dans le besoin, un gouvernement du Parti Québécois s'engage à élargir l'admissibilité à l'aide juridique gratuite, notamment afin que les personnes travaillant à temps plein au salaire minimum soient dorénavant admissibles. « Il s'agit d'un engagement qui fait l'unanimité au sein de la communauté juridique et des groupes communautaires qui œuvrent pour l'accès à la justice. Nous investirons 16 millions de dollars par année pour étendre ce programme à quelque 450 000 personnes supplémentaires et nous maintiendrons le soutien offert à ces groupes communautaires », a-t-elle expliqué.

« Les libéraux ont un bilan lamentable en matière d'aide juridique. Ils ont complètement abandonné les travailleurs à faible revenu. Quant à la CAQ, François Legault ne propose rien de concret pour améliorer l'accessibilité à la justice. Au Parti Québécois, nous voulons une justice accessible à tous et une justice plus humaine. C'est le choix que nous faisons », a conclu Pauline Marois.