S'enrichir : Pauline Marois s'engage à relancer l'industrie forestière
samedi 25 août, 2012
Facebook
Twitter

Grandes-Piles – « La crise forestière secoue le Québec depuis 2005. Les régions forestières et les travailleurs forestiers ont besoin d'un plan d'urgence pour la foresterie et c'est ce que nous nous engageons à livrer », a déclaré la chef du Parti Québécois, Pauline Marois, entourée des candidats de la Mauricie.

« L'industrie forestière est un enjeu vital pour plusieurs régions du Québec. Malheureusement, depuis le début de la crise qui touche cette industrie, les libéraux n'ont jamais fait preuve du leadership nécessaire pour soutenir le monde forestier. Ils sont restés les bras croisés en assistant à la fermeture de plus de 300 usines et à la perte de plus de 60 000 emplois liés à la forêt », a-t-elle déploré, en expliquant les mesures pour la relance de l'industrie forestière que le Parti Québécois compte mettre de l'avant pour donner un nouveau souffle aux régions forestières.

Charte du bois

Un gouvernement du Parti Québécois élaborera une charte du bois afin de favoriser l'utilisation de cette ressource dans les bâtiments construits au Québec. Des cibles de 5 % dans la construction privée non résidentielle et de 30 % dans les constructions publiques seront fixées. « Il faut initier un virage majeur dans la construction afin de mieux soutenir la première transformation. Pour utiliser davantage le bois, il faut fixer des cibles à atteindre dans la construction, d'autant plus que personne ne conteste aujourd'hui la fiabilité de cette ressource dans la construction de bâtiments », a-t-elle déclaré.

140 millions de dollars additionnels pour les travaux sylvicoles

Afin de soutenir les entrepreneurs en travaux sylvicoles et les travailleurs forestiers, un gouvernement du Parti Québécois s'engage à lancer un vaste chantier de travaux sylvicoles pour doubler la valeur de la production de cette ressource. À cette fin, 35 millions de dollars de plus par année seront investis dans les travaux sylvicoles au cours des quatre prochaines années.

« Il est primordial de consacrer des sommes additionnelles à la sylviculture. La forêt est une ressource renouvelable que nous devons protéger pour en assurer la pérennité. Nous allons rattraper l'écart des investissements qui s'est creusé depuis 2005 et permettre à des milliers de travailleurs sylvicoles de travailler à l'année. Avec un gouvernement du Parti Québécois, les entrepreneurs et les travailleurs forestiers auront un allié de taille pour développer leur industrie », a ajouté Pauline Marois.

Des projets-pilotes de forêts de proximité

Le Parti Québécois mettra également en place des projets-pilotes de forêts de proximité. Ce projet permettra aux MRC de tirer un revenu de l'exploitation forestière de territoires placés sous leur responsabilité. Il s'agit de vérifier la viabilité du concept et d'analyser les impacts sur les producteurs forestiers.

« Finalement, pour favoriser l'innovation et le développement de nouveaux marchés, j'entends personnellement m'impliquer afin de rassembler les entrepreneurs, les travailleurs, les spécialistes et les universitaires, ainsi que les instances gouvernementales. C'est ensemble que nous pourrons établir les grandes orientations pour développer des produits à forte valeur ajoutée et projeter notre industrie dans le XXIe siècle », a ajouté la chef du Parti Québécois.

« Pour relancer la foresterie au Québec, encore faut-il y croire! Ces sept dernières années, le gouvernement libéral a démontré qu'il n'y croyait pas. Il a refusé d'agir. Quant à la CAQ de François Legault, aucun des 94 engagements contenus dans sa plateforme électorale ne concerne l'industrie forestière. À l'instar des libéraux, les caquistes ne croient pas à l'industrie forestière québécoise. Un gouvernement du Parti Québécois soutiendra la forêt et ses travailleurs. Il s'agit d'une ressource noble, écologique et renouvelable, qui est une grande source de fierté pour tout le Québec », a conclu Pauline Marois.