S'enrichir : des solutions pour améliorer le transport dans la grande région de Montréal
mercredi 15 août, 2012
Facebook
Twitter

Saint-Jérôme – La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, s'engage à remettre de l'ordre dans les transports dans la grande région montréalaise. « Les transports dans la grande région de Montréal sont un véritable cauchemar pour bien des gens, qui ont souvent toutes les peines du monde à arriver à l'heure au travail. Des parents ont de la difficulté à aller chercher leurs enfants à l'heure lorsqu'ils sortent de la garderie ou de l'école. Le transport des marchandises et des personnes est tellement déficient que la productivité de notre économie en souffre. Nous prenons l'engagement de redresser la situation! », a lancé Pauline Marois.

« Le transport est une priorité pour l'avenir de toute la région métropolitaine de Montréal. Nous allons remettre de l'ordre dans les transports. Notre plan de match est clair », a assuré Pauline Marois, en déplorant le fait que la congestion routière dans la région montréalaise coûte 1,5 milliard de dollars par année. Notre approche intégrée est triplement gagnante. Nous voulons décongestionner le réseau de transport, favoriser notre développement économique et améliorer notre environnement. »

Remettre de l'ordre dans les travaux routiers

Le Parti Québécois s'engage à établir un ordre de priorité pour les travaux routiers. Les travaux urgents ou qui mettent en cause la sécurité des usagers seront priorisés. Les autres travaux seront étalés dans le temps. « Il faut remettre de l'ordre dans les travaux routiers. Ce n'est pas vrai que tout doit être fait en même temps. La fluidité de la circulation doit être prise en compte dans la planification des travaux routiers », a ajouté la chef du Parti Québécois.

Priorité aux investissements en transport en commun

Les investissements dans les transports en commun seront une priorité. Nous nous engageons à terminer le train de l'Est entre Montréal et Mascouche avant la fin de 2014. Nous allons ajouter, d'ici 2020, 300 kilomètres de voies réservées au transport collectif. Nous voulons également relancer le développement du métro de Montréal. Nous visons le prolongement de la ligne bleue vers Anjou d'ici 2020. Surtout, nous comptons bien nous assurer que le projet du nouveau pont Champlain fasse une place importante au transport en commun.

Électrification des transports

Un gouvernement du Parti Québécois s'engage à électrifier les transports. « Autos, trains, métros et autobus électriques : nous sommes capables de fabriquer ces véhicules et nous avons l'électricité pour les faire fonctionner. C'est à nous de faire les bons choix. En ce moment, avec notre consommation de pétrole, nous créons des emplois à l'étranger. En investissant dans les transports en commun et l'électrification, nous allons créer des emplois chez nous. C'est cela avoir une vision économique d'avenir. C'est aussi la meilleure façon de réduire nos émissions de gaz à effet de serre », a expliqué Pauline Marois, en ajoutant que c'est par l'innovation que nous allons dépasser nos concurrents.

« Il s'agit d'une vision pour s'enrichir collectivement et durablement. Avec la création d'un fonds de 10 milliards de dollars, pour investir au Québec, et de la Banque de développement économique du Québec, qui visera les secteurs stratégiques, le Parti Québécois fera de l'électrification des transports l'un des secteurs de pointe. Nous avons contribué au développement du multimédia, de l'aéronautique et des biotechnologies lorsque nous étions au pouvoir, nous allons maintenant faire de l'électrification des transports le prochain secteur d'avenir pour le développement de l'économie du Québec », a conclu Pauline Marois.