S'engager ensemble pour renforcer la recherche, la collaboration et le soutien aux étudiants
mardi 26 février, 2013
Facebook
Twitter

Québec – La première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, et le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Pierre Duchesne, ont déposé une seconde proposition gouvernementale à l’occasion du Sommet sur l’enseignement supérieur. Cette proposition comprend des mesures à mettre en place, tant au cégep qu’à l’université, pour renforcer la recherche, accroître la collaboration entre les établissements d’enseignement supérieur et leurs milieux ainsi que mieux soutenir les étudiants.

« Cette proposition vise non seulement à renforcer la collaboration entre les établissements d’enseignement supérieur, mais aussi la collaboration entre les établissements et leurs milieux. Les collèges et les universités sont des moteurs importants pour la vitalité des communautés et pour le développement de tout le Québec. Nous proposons à nos partenaires de s’engager ensemble à renforcer cette collaboration et à assurer des services adaptés à la réalité des milieux et des étudiants », a déclaré la première ministre Pauline Marois.

L’importance de la collaboration

Le gouvernement propose d’investir 15 M$, dès 2014-2015, pour soutenir des projets d’arrimage universités-collèges. Le gouvernement propose aussi de mettre sur pied un chantier sur l’offre de formation collégiale au Québec afin de permettre notamment une plus grande concertation entre les cégeps et leurs milieux. Ce chantier devra, par ses travaux, contribuer à assurer :

  • L’accès à la formation collégiale partout au Québec;
  • Une complémentarité de l’offre de formation dans les régions;
  • La viabilité des programmes en région.

Enfin, des travaux seront mis de l’avant à l’initiative du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie sur l’adaptation des programmes d’études techniques et le financement de la formation continue aux réalités régionales et aux besoins du marché du travail.

Renforcer les services aux étudiants

Le gouvernement propose quatre avenues prioritaires pour améliorer le soutien aux étudiants:

  • Les services aux étudiants ayant des besoins particuliers, notamment ceux en situation de handicap;
  • La reconnaissance des acquis et des compétences, notamment pour les services aux étudiants adultes;
  • Les services aux étudiants issus des Premières Nations ou des Inuits, ou à ceux issus de l’immigration;
  • Les services de soutien à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.
  • Des sommes additionnelles de 8,3 M$ seront allouées en vue des deux premiers objectifs dans les réseaux collégial et universitaire. Le gouvernement investira aussi 3 M$ sur deux ans pour implanter des centres d’expertise de reconnaissance des acquis et des compétences (CERAC) dans le réseau collégial. Il annonce aujourd’hui quels sont les quatre cégeps qui seront reconnus comme CERAC, soit :

  • le Cégep de Drummondville;
  • le Cégep de Sainte-Foy;
  • le Cégep Marie-Victorin;
  • le Collège régional Champlain.

Vers une nouvelle politique nationale de la recherche et de l’innovation

Le ministre Pierre Duchesne a réitéré ses intentions de tenir, dès avril 2013, les Assises nationales de la recherche et de l’innovation qui s’inscriront dans la démarche d’élaboration de la future politique nationale de la recherche et de l’innovation qui sera lancée plus tard ce printemps. Cette politique donnera lieu à des réinvestissements importants pour le domaine de la recherche, qu’elle soit orientée, appliquée, libre ou fondamentale. D’ailleurs, la recherche profite d’un réinvestissement de 26,5 M$ dès 2013-2014 et de 25 % de l’enveloppe de plus de 1,7 G$ que le gouvernement investira dans l’enseignement supérieur d’ici 2018-2019.

Le gouvernement soutiendra également la mise en place d’un projet pilote visant le développement d’une plateforme pour la reconnaissance des acquis et des compétences au sein de l’Université du Québec auquel pourront se joindre d’autres universités qui le souhaiteraient.

« Personne ne peut nier l’importance de nos établissements d’enseignement supérieur pour le développement du Québec. Nos échanges ont démontré à plusieurs reprises que les établissements d’enseignement supérieur contribuent remarquablement au plein développement de la société québécoise. La proposition déposée par notre gouvernement témoigne que ces enjeux sont, pour nous, une priorité », a ajouté le ministre Duchesne.