Selon une députée libérale, les garderies illégales doivent rester ouvertes : la ministre Yolande James endosse-t-elle les propos de son adjointe parlementaire?
jeudi 2 février, 2012
Facebook
Twitter

Québec – La députée d'Iberville et porte-parole de l'opposition officielle en matière de famille, Marie Bouillé, demande à la ministre de la Famille, Yolande James, de prendre ses distances quant aux propos qu'a tenus la députée libérale de Mille-Îles et adjointe parlementaire à la ministre James, Francine Charbonneau, hier en commission parlementaire. Cette dernière a suggéré qu'il fallait tout faire pour que les garderies illégales puissent poursuivre leurs activités commerciales.

« Une garderie illégale, par définition, ne respecte pas les standards de qualité du ministère de la Famille. Comment l'adjointe parlementaire à la ministre de la Famille peut-elle affirmer qu'il faut que ces garderies puissent poursuivre leurs opérations? Ça n'a aucun sens! La sécurité de nos enfants est en jeu. La ministre James doit rapidement prendre ses distances et indiquer que son adjointe parlementaire a erré », a déclaré Marie Bouillé.

Pour le Parti Québécois, plaider pour le maintien des garderies illégales revient à dire que le ministère de la Famille ne fait pas correctement son travail. « Plutôt que de voir se multiplier le nombre de garderies illégales, le gouvernement devrait mettre son énergie à développer des places à contribution réduite. Ça réglerait une bonne partie du problème actuel. Les parents crient à l'aide parce qu'ils désespèrent d'obtenir une place pour leur enfant », a indiqué Marie Bouillé.

La députée d'Iberville souligne que les projets de qualité en attente d'une autorisation existent. « Avec l'appel d'offres raté en 2008 où on a vu le Parti libéral du Québec se servir des garderies pour du financement politique, des dizaines de projets ayant reçu une bonne évaluation du ministère ont été rejetés par la ministre de l'époque, Michelle Courchesne. Que la ministre James prenne cette liste et qu'elle appose sa signature. Ainsi, on pourrait créer demain matin 3500 places », fait-elle remarquer.

Contrairement au Parti libéral qui profite des places à contribution réduite pour du financement politique, un gouvernement du Parti Québécois entend s'assurer que chaque enfant du Québec dispose d'une place en services de garde. « La preuve a été faite qu'en plus d'être rentable financièrement, investir dans les services de garde contribue à améliorer la réussite de nos enfants dans leur apprentissage scolaire. Pour le Parti Québécois, c'est un investissement pour nos jeunes et la réussite; pour le Parti libéral, c'est du financement politique au Parti libéral du Québec; pour la CAQ, on ne le sait pas », a conclu Marie Bouillé.