Santé publique - Le Parti Québécois souhaite une approche décentralisée et le dépôt des avis des directions régionales
lundi 15 février, 2021
Facebook
Twitter

Québec, le 15 février 2021 – Conscient que le plus grand défi des autorités, ces prochaines semaines, sera de conserver l’adhésion de la population aux mesures sanitaires, le Parti Québécois estime que le gouvernement a trois devoirs : retourner à un code de couleurs fondé sur des indicateurs clairs et précis, rendre publics les avis des directions régionales de Santé publique, et, plus important encore, donner à celles-ci davantage d’influence sur les décisions qui les concernent. Pour son porte-parole en matière de santé, le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, c’est une question de logique, de cohérence et de transparence.

 
EN BREF

  • Pour mieux refléter la situation épidémiologique de chacune des régions, on doit revenir à un code de couleurs avec des indicateurs clairs et précis.
  • Par ailleurs, tout le monde gagnerait à donner plus d’influence aux directions régionales de Santé publique.
  • Celles-ci devraient aussi rendre publics leurs avis et recommandations.
  • L’objectif ultime demeure le même : garder les Québécois unis et engagés dans la lutte contre la COVID-19.

 
La situation épidémiologique diffère beaucoup d’une région à l’autre; pourtant, le gouvernement s’entête à diviser le Québec en deux, et ce, de façon totalement arbitraire. « On a, d’un côté, les zones rouges puis, de l’autre, les zones orange. Rien d’autre, alors que des nuances seraient assurément indiquées – sinon, pourquoi Québec laisse-t-il entendre qu’il concentrera ses efforts de vaccination à Montréal? De surcroît, on ignore les critères de santé publique associés aux différentes zones. Un retour à un réel système d’alertes régionales – suivant l’exemple de celui de l’Ontario – basé sur des données scientifiques est nécessaire. Ainsi, les mesures imposées refléteront mieux la réalité épidémiologique de chacune des régions. Bien sûr, il faudra l’expliquer adéquatement aux Québécois », a réclamé Joël Arseneau.

 

Dans la même optique, le Parti Québécois est convaincu que la meilleure chose à faire, d’un point de vue sanitaire, serait de décentraliser l’approche. « Les directeurs régionaux de Santé publique sont ceux qui connaissent le mieux la réalité sociale et épidémiologique de leur territoire. Il est donc primordial qu’on leur donne voix au chapitre sur les règles sanitaires correspondant à leur situation propre, c’est-à-dire qu’ils puissent se prononcer sur les mesures les plus opportunes, judicieuses et utiles à mettre en place, et ce, dans chacune des régions », a ajouté le député des Îles-de-la-Madeleine.

 

Enfin, toujours dans le but de maintenir l’adhésion et la collaboration du public, davantage de transparence s’impose. « Nous demandons le dépôt des avis et des recommandations des directions régionales de Santé publique. C’est une question de cohérence. Lorsqu’on demande aux gens de se plier à des mesures contraignantes, ceux-ci doivent avoir toute la donne », a conclu Joël Arseneau.         

 

– 30 –

 

SOURCE :      

Laura Chouinard-Thuly

Attachée de presse

Aile parlementaire du Parti Québécois

514 880-9594

Laura.Chouinard-Thuly@assnat.qc.ca

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?