Rentrée parlementaire - Le Parti Québécois établit ses priorités et jette les bases d’une véritable réforme de la loi 101
lundi 14 septembre, 2020
Facebook
Twitter

Québec, le 14 septembre 2020 – En marge du caucus de la rentrée de l’aile parlementaire du Parti Québécois, le député de Matane-Matapédia, chef parlementaire et porte-parole en matière de langue française, Pascal Bérubé, ainsi que le député de René-Lévesque et leader parlementaire, Martin Ouellet, ont identifié, entre autres priorités, les mesures minimales que devra contenir tout projet de réforme de la Charte de la langue française (loi 101), de manière à ce qu’il réponde réellement aux enjeux auxquels la société québécoise fait face.

EN BREF

Voici les mesures que le Parti Québécois juge incontournables pour renforcer le statut du français au Québec :

  • Resserrer l’article 46 de la loi 101 sur l’exigence excessive de l’anglais au travail.
  • Étendre l’application de la loi 101 aux entreprises de 25 à 49 employés, ainsi qu’à celles à charte fédérale.
  • Mettre en vigueur l’article 1 de la loi 104, qui veut que l’État communique uniquement en français avec les personnes morales.
  • Resserrer les politiques linguistiques dans l’Administration publique.
  • Créer un poste de commissaire à la langue française.

De nouveau, donc, la langue française fera partie des priorités du Parti Québécois au cours des premières semaines de la nouvelle session parlementaire; évidemment, toutes les questions entourant la gestion de la deuxième vague de la pandémie de COVID-19 seront aussi au cœur de ses interventions.

Pandémie, gestion et nationalisme économique

« En ce qui concerne les cliniques de dépistage, les CHSLD et les hôpitaux, le gouvernement n’a plus d’excuse; il a eu le temps de se préparer pour la deuxième vague, et le Québec doit être prêt. Souhaitons que ça se passe autrement que dans les écoles, où la rentrée scolaire est un véritable capharnaüm en raison des directives gouvernementales qui changent continuellement. Il est grand temps que le ministre de l’Éducation se ressaisisse! », a exprimé Pascal Bérubé.

« Notre équipe défendra aussi le nationalisme économique face à la multiplication des échecs du gouvernement, que l’on pense à Bombardier, au Cirque du Soleil, à Nemaska Lithium, à Flying Whales ou à l’aide apportée au bijoutier Birks. Bien sûr, nous accomplirons tout cela en gardant à l’esprit que nous devons laisser le champ libre aux candidats à la chefferie de notre parti, pour qu’ils puissent débattre des grands enjeux d’avenir pour notre société, et ce, jusqu’à l’élection qui aura lieu le 9 octobre prochain », a ajouté le chef parlementaire.

« Nous avons trouvé un moyen de faire fonctionner le Parlement pendant la pandémie et de préserver le droit de parole des députés, a pour sa part rappelé le leader parlementaire, Martin Ouellet. Contrairement au printemps dernier, cet automne, la démocratie ne sera pas mise en quarantaine. Chaque jour, le gouvernement devra rendre des comptes sur sa gestion – de la pandémie, notamment – aux parlementaires, donc à la population. Il devra être prêt, car les députés du Parti Québécois et les membres de notre personnel, eux, le sont pour amorcer cette nouvelle session parlementaire! »

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?