Remplacement du pont Champlain - Ottawa rejette le consensus métropolitain
mercredi 15 janvier, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre des Transports et ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, M. Sylvain Gaudreault, accompagné du ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste, M. Alexandre Cloutier, ont réitéré au ministre de l'Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales, et ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, M. Denis Lebel, la position officielle du Québec et des membres du Bureau des partenaires pour le remplacement du pont Champlain.

Un péage-surprise

Le gouvernement du Québec tient à souligner que, pour la première fois depuis l'annonce du remplacement du pont Champlain faite il y a plus de deux ans, le gouvernement fédéral indique qu'il va contribuer financièrement à sa construction. Toutefois, l'instauration d'un péage par le gouvernement fédéral sur le nouveau pont aura des impacts majeurs sur les autres ponts ainsi que sur les infrastructures routières liant Montréal et la Rive-Sud.

« Le pont Champlain doit être remplacé en raison de la grande négligence des gouvernements successifs à Ottawa. Le gouvernement Harper doit assumer ses responsabilités en finançant entièrement le pont de remplacement », ont tonné les ministres Gaudreault et Cloutier.

« La situation actuelle est d'autant plus inacceptable qu'Ottawa n'a l'intention de dévoiler le montant exact du péage que quelques semaines avant l'ouverture de la nouvelle structure prévue en 2018. Ce manque de transparence du gouvernement fédéral aura un impact sur les citoyens et la vie économique de la grande région métropolitaine. Ça sera un péage-surprise! Nous demandons donc à Ottawa de partager avec l'ensemble des membres du Bureau des partenaires - pont Champlain les études réalisées sur le péage. Il a l'obligation d'être transparent, car c'est le Québec et la métropole qui assumeront les impacts d'une telle décision », a poursuivi le ministre Gaudreault.

Aucune réponse sur un Bureau de projet conjoint Canada-Québec

« Il est déplorable que le gouvernement fédéral demeure silencieux sur la proposition de la première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, visant à mettre en place un Bureau de projet conjoint Canada-Québec afin d'arrimer et de coordonner les volets de transport en commun et de transport routier sur le nouveau pont Champlain. Cette demande a été formulée directement au premier ministre du Canada, M. Stephen Harper en décembre dernier. La concertation avec Ottawa dans le dossier du remplacement du pont Champlain est nécessaire pour assurer la réalisation rapide du projet », a déclaré Sylvain Gaudreault.

Un pont à deux étages

« Je suis déçu de constater que le choix d'un pont à deux étages, choix qui faisait consensus parmi tous les membres du Bureau des partenaires - pont Champlain n'ait pas été privilégié. Nous avions soumis au gouvernement fédéral une proposition concrète, réaliste et rigoureuse de la vision du Québec pour ce grand projet. Nous comptons continuer de promouvoir les avantages certains de cette configuration particulièrement en ce qui concerne l'entretien, la sécurité, la fiabilité et l'intégration de voies réservées aux autobus et véhicules d'urgence. La proposition énoncée par le gouvernement fédéral ne prévoit rien à cet égard », a affirmé le ministre Gaudreault.

Avec une structure à deux étages, le niveau inférieur serait consacré exclusivement au réseau ferroviaire et à d'autres modes de transports collectifs, dont les autobus. Le niveau supérieur serait quant à lui dédié à la circulation autoroutière, avec un total de six voies et de deux accotements, en plus d'un espace réservé au transport actif.

Train léger

Pour le ministre Alexandre Cloutier, un projet d'envergure pour l'accès au centre-ville de la métropole comme celui du pont Champlain appelle à une discussion plus large entre Québec et Ottawa sur le financement des infrastructures de transport. « Nous avons proposé au gouvernement fédéral que le train léger (SLR) que nous privilégions soit financé à partir de l'enveloppe au mérite du Fonds Chantier Canada. Dans le cadre de ce fonds, le Québec n'a jamais eu sa juste part et le projet de SLR qui fait consensus auprès des partenaires doit avoir de la prévisibilité pour qu'on soit en mesure de desservir les citoyens de la Rive-Sud le plus rapidement possible », a mentionné M. Cloutier.

Présentation du plan d'affaires

Les deux ministres convient le ministre Lebel à venir présenter, en toute transparence, aux membres du Bureau des partenaires - pont Champlain, le plan d'affaires qui guidera le nouvel échéancier et la réalisation des travaux de remplacement de la structure actuelle d'ici 2018.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?