Remaniement ministériel : Pablo Rodriguez doit revenir sur la décision Netflix
mercredi 18 juillet, 2018
Facebook
Twitter

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances et de relations Québec‐Canada, Nicolas Marceau, et le porte-parole en matière d’identité nationale, Pascal Bérubé, voient par la nomination du député d’Honoré-Mercier, Pablo Rodriguez, au poste de ministre du Patrimoine canadien l’occasion pour Justin Trudeau de faire marche arrière et de corriger l’iniquité fiscale qu’il a établie précédemment entre le géant américain Netflix et les artisans d’ici.

EN BREF

  • L’entente conclue entre le gouvernement Trudeau et Netflix défavorise les artistes, les producteurs, les diffuseurs, les travailleurs ainsi que les entreprises œuvrant dans le milieu culturel québécois.
  • Dans le cadre du remaniement ministériel, le Parti Québécois invite le nouveau ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, à revenir sur la décision Netflix.

D’entrée de jeu, Pascal Bérubé a appelé le nouveau ministre à saisir l’occasion qui se présente à lui : « La gestion du dossier Netflix aura précarisé nombre de nos artisans québécois et aura couté cher à de nombreux producteurs et artistes d’ici. Le Parti Québécois a été le premier à sonner l’alarme et à demander à ce que Netflix, comme tous les géants du Web, paye ses taxes et ses impôts ».

« Le gouvernement Trudeau a négligé les intérêts des Québécois en signant une entente avec Neflix qui ne respecte pas les règles fiscales et qui n’assure pas un seuil de contenu francophone. Le gouvernement fédéral permet à Netflix d’agir comme un délinquant fiscal. Je demande au nouveau ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, de revoir cette mauvaise entente et d’intervenir rapidement pour rétablir l’équité entre la multinationale et les diffuseurs d’ici. Il n’est pas trop tard pour bien faire », a renchéri Nicolas Marceau.