Redonner confiance en la démocratie. Sérieusement.
mardi 25 septembre, 2018
Facebook
Twitter

 Le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, accompagné du candidat dans Labelle, Sylvain Pagé, a dévoilé des moyens qu’entend prendre le gouvernement du Parti Québécois pour que notre système démocratique soit davantage représentatif des volontés des Québécoises et des Québécois. Par ailleurs, parce qu’ils jouent eux aussi un rôle primordial dans une saine démocratie, le Parti Québécois s’engage à mieux soutenir les médias traditionnels, notamment par le biais des placements publicitaires gouvernementaux.

 

EN BREF
 

Le gouvernement du Parti Québécois s’engage à :

  • Réformer le mode de scrutin.
  • Revaloriser le rôle des élus et rénover la pratique parlementaire.
  • Assurer l’intégrité des institutions publiques et la transparence dans l’administration de l’État.
  • Rendre obligatoire l’application d’une décision ou d’une sanction du Commissaire à l’éthique et à la déontologie, à moins d’un vote contraire des deux tiers des élus de l’Assemblée nationale.
  • Réformer la loi d’accès à l’information, pour une meilleure démocratie.
  • Soutenir les médias traditionnels par les placements publicitaires.
     

Réformer notre démocratie pour la rendre plus représentative

« Plus tôt cette année, tous les partis sauf un, le Parti libéral, se sont engagés à faire en sorte que l’élection du 1er octobre soit la dernière à se tenir sous le mode de scrutin actuel : nous adopterons, pour la prochaine consultation générale, un mode de scrutin proportionnel mixte régional, plus représentatif des volontés des citoyens de tout le Québec. Aujourd’hui, nous réitérons cet engagement. Et nous mènerons cette réforme dans le respect des particularités locales », a déclaré d’emblée Jean-François Lisée.

 

« En plus, cela contribuera à une meilleure représentation des femmes, des jeunes et des communautés ethnoculturelles à l’Assemblée nationale », a enchaîné Sylvain Pagé, qui souhaite depuis longtemps dépoussiérer les façons de faire de la politique au Québec. « Nous proposerons aussi des mécanismes de consultation réguliers, pour développer un lien réel entre les électeurs et les élus. Et pourquoi ne pas laisser les élus voter librement, ou réserver des périodes des questions aux questions des citoyens? », a‑t-il également suggéré.

 

Intégrité et transparence

Avec un gouvernement du Parti Québécois, une décision ou une sanction du Commissaire à l’éthique et à la déontologie sera obligatoirement appliquée, à moins d’un vote contraire des deux tiers des élus de l’Assemblée nationale. « Un autre changement de culture important consistera à adopter une politique généralisée de gouvernance et de données ouvertes. Nous mettrons également sur pied une commission apolitique pour réformer la loi afin d’accroître l’accès à l’information, et ce, à tous les niveaux de gouvernement. L’information, toute l’information, doit être facilement accessible et, surtout, compréhensible », a insisté M. Pagé.

 

« En outre, nous accroîtrons la capacité de surveillance du Vérificateur général à l’égard des universités à charte, afin qu’il puisse ouvrir leurs livres et déceler tout problème de gestion de fonds provenant du public, comme il le fait pour le réseau des universités du Québec. Enfin, nous ferons en sorte qu’Hydro-Québec soit assujettie à la Loi sur le Protecteur du citoyen, qui reçoit environ 1500 plaintes concernant la société d’État chaque année, mais sans pouvoir les traiter », a ajouté le chef.

 

Soutenir les médias

Au Québec comme ailleurs dans le monde, les médias traditionnels sont en crise. On ne compte plus ceux qui ont dû fermer leurs portes ou dont la situation est précaire, à cause notamment de la concurrence des géants américains du Web dans le domaine des placements publicitaires. « Les revenus publicitaires sont devenus une mine d’or pour les Google et Facebook de ce monde, qui aspirent désormais à eux seuls 70 % de ce qui constitue le gagne-pain de nos médias. C’est pourquoi le Parti Québécois propose d’instaurer, pour les placements publicitaires gouvernementaux, un pourcentage minimal consacré aux médias traditionnels québécois. Leur pérennité est en jeu, il faut rétablir l’équité », a conclu Jean-François Lisée.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?