Rapport du Commissaire à la santé et au bien-être - Quand les libéraux vont-ils s’occuper de nos aînés?
mercredi 17 septembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé et d’accessibilité aux soins, Diane Lamarre, et la députée de Duplessis et porte-parole en matière d’aînés, Lorraine Richard, déplorent que de 2003 à 2012, la situation des aînés dans les urgences ne se soit pas améliorée.

Dans son rapport, le Commissaire à la santé et au bien-être nous indique en effet que 60 % des visites à l’urgence pourraient être évitées si les aînés avaient accès à une meilleure prise en charge en dehors de l’urgence. Toutefois – et c’est là le plus inquiétant –, le gouvernement n’a aucun plan pour faire face au vieillissement de la population avec lequel doit composer le réseau de la santé.

« Le bilan libéral est désastreux pour nos aînés. Comment concevoir que ces personnes, déjà vulnérables, soient maintenues sur des civières dans les corridors? Certaines renoncent même carrément à se faire traiter, vu les conditions souvent dégradantes qu’on observe à l’urgence », a déclaré Diane Lamarre.

La députée de Duplessis rappelle pour sa part que la situation que vivent les aînés est au cœur des problèmes des urgences. Le Parti Québécois avait bien cerné le problème; c’est pourquoi il avait investi du temps et des efforts pour donner la priorité aux soins à domicile et en améliorer l’offre, déployer des groupes de médecine de famille et augmenter le recours aux autres professionnels de la santé.

« Les aînés doivent avoir accès à des soins en amont et en aval de l’urgence, et ce, dans toutes les régions du Québec, afin d’éviter qu’un trop grand nombre de personnes s’y retrouvent parce qu’elles ne reçoivent pas le suivi approprié. Le gouvernement doit ramener notre politique sur les soins à domicile, incontournable pour faire face au vieillissement de la population », a ajouté Lorraine Richard.