Rapport de la vérificatrice générale : Des constats accablants qui ne doivent surtout pas être tablettés
jeudi 21 novembre, 2019
Facebook
Twitter

Québec, le 20 novembre 2019 – Après avoir pris connaissance du plus récent rapport de la vérificatrice générale (VG), les députés du Parti Québécois Sylvain Gaudreault (Jonquière), Véronique Hivon (Joliette), Harold LeBel (Rimouski) et Sylvain Roy (Bonaventure) somment le gouvernement de regarder attentivement les priorités qui y sont identifiées.

 

EN BREF

La vérificatrice générale demande au gouvernement d’en faire davantage :

·         pour améliorer les délais liés aux services offerts par la protection de la jeunesse;

·         pour assurer une meilleure gestion du chantier d’Internet haute vitesse;

·         pour mieux encadrer l’usage des antibiotiques en agriculture;

·         pour assurer davantage de transparence, notamment au ministère du Conseil exécutif et au Secrétariat du Conseil du trésor.

 

Protection de la jeunesse

Le rapport de la VG mentionne clairement que les enfants en difficulté n’ont pas accès assez rapidement aux services. « Lorsqu’une situation compromet leur sécurité ou leur développement, les enfants doivent pouvoir compter sur des services immédiats. Or, le délai moyen entre le signalement et le début de l’application des mesures de correction varie entre 158 et 226 jours. C’est inacceptable! La DPJ manque cruellement de ressources; en Estrie, par exemple, elle reçoit 7 fois plus de demandes que ce qu’elle est en mesure de gérer. À la lumière de ce dont elle fait état dans son rapport, il apparaît absolument nécessaire que la VG soit entendue le plus vite possible par la commission Laurent », a réclamé Véronique Hivon, porte-parole en matière de famille.

 

Internet haute vitesse

Le déploiement d’Internet haute vitesse dans les régions est un chantier représentant des sommes colossales, et tout indique que celles-ci sont gérées de façon déficiente par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). « Il n’y a pas de vue d’ensemble, pas de planification à long terme. On choisit les projets un peu au hasard. Quatre ont été mis de côté, alors qu’ils avaient une cote supérieure à d’autres; un autre a été retenu, même sans avoir fait l’objet d’une analyse comparative de la qualité. Ce dossier, pourtant capital, commence à prendre des airs de fiasco; le gouvernement doit y mettre de l’ordre. Qui plus est, il doit voir à ce que toutes les régions soient branchées d’ici 2022, comme il s’y était engagé », a de son côté plaidé Harold LeBel, porte‑parole en matière de développement régional.

 

Antibiotiques et animaux d’élevage

Le rapport de la VG mentionne par ailleurs que le ministère de l’Agriculture (MAPAQ) n’a pas précisé les moyens qu’il entend prendre pour assurer un usage judicieux des antibiotiques chez les animaux destinés à l’alimentation, et qu’il ne dispose pas, de toute façon, de l’information nécessaire pour remplir ce mandat. « Le gouvernement tarde à proposer des règlements, alors qu’il y a urgence de prohiber ou de restreindre certains usages. Les Québécois sont en droit de savoir ce qu’il y a exactement dans leur assiette! De plus, le MAPAQ manque à plusieurs de ses devoirs : il contrôle peu le respect des exigences réglementaires, n’exerce pas de contrôle efficace auprès de ceux qui préparent les prémélanges et les médicaments destinés aux animaux, et il manque de rigueur dans la surveillance des produits destinés à l’alimentation humaine – autrement dit, on apprend qu’on ingère possiblement des aliments contenant trop de résidus d’antibiotiques. Bref, c’est un portrait accablant que dresse la VG. Que propose le gouvernement pour assurer la traçabilité et le suivi de nos aliments? », a pour sa part demandé le porte-parole en matière d’agriculture et d’alimentation, Sylvain Roy.

 

Fonds vert – du progrès

En ce qui concerne le Fonds vert, on note une certaine amélioration. « En mai dernier, la vérificatrice générale disait ne pas être en mesure de faire une évaluation complète du Fonds vert. En juin, le Parti Québécois a donc fait adopter un ordre de l’Assemblée pour que soit mené à terme cet exercice. Aujourd’hui, nous demandons que cette motion soit respectée, malgré la présentation du projet de loi no 44. De plus, la VG réalisera une appréciation des aides financières issues du Fonds vert, effectuera une vigie concernant la restructuration annoncée et la mise en place des mécanismes de gouvernance et de gestion, et tiendra un audit de performance. Ce sont de bonnes nouvelles, mais nous demeurerons vigilants quant à la suite des choses », a assuré Sylvain Gaudreault, porte-parole en matière d’environnement.

 

Transparence

Enfin, la vérificatrice générale dénonce le manque de collaboration du gouvernement dans la transmission de certains documents dont son équipe a besoin pour bien effectuer son travail. « C’est inquiétant d’apprendre que le ministère du Conseil exécutif, celui du premier ministre, ainsi que le Secrétariat du Conseil du trésor ont bloqué l’accès à ces documents. La VG a un rôle fondamental à jouer pour nous donner l’heure juste quant à l’action du gouvernement. Ce blocage doit cesser immédiatement », a conclu Sylvain Gaudreault.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?