Rapport de la Commission de l'éthique en science et en technologie - Le ministre Pierre Duchesne accueille favorablement les recommandations du rapport
vendredi 7 juin, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Pierre Duchesne, accueille favorablement les recommandations du rapport de la Commission de l'éthique en science et en technologie sur la recherche gouvernementale au Québec.

Le rapport démontre clairement que les relations entre le gouvernement fédéral et ses chercheurs sont très tendues tant en matière de communications avec les médias que dans la réalisation de leurs recherches, le sujet étant bien documenté. Au Québec, la situation est loin d'être aussi contraignante, mentionne la commission, « mais nous ne sommes pas à l'abri de pratiques discutables », a fait remarquer le ministre Duchesne.

Vers un code de conduite propre à la recherche

Le ministre a pris connaissance du rapport qui suggère ces mesures :

  1. le dépôt des rapports de recherche,
  2. la création d'un poste d'ombudsman pour la recherche,
  3. l'adoption d'un code de conduite,
  4. une meilleure reconnaissance du statut des chercheurs gouvernementaux,
  5. et le maintien d'un financement adéquat de la recherche.

« Les recommandations formulées par la commission méritent d'être étudiées. Je compte d'ailleurs les considérer dans le cadre de la Politique nationale de la recherche et de l'innovation qui est présentement en cours de rédaction. L'idée d'un code de conduite propre à la recherche est séduisante. De plus, nous irons plus loin pour reconnaître le rôle des chercheurs dans l'analyse de l'État québécois en voyant comment nous pourrions leur permettre d'utiliser les données gouvernementales à des fins de recherche », a annoncé le ministre Duchesne.

En ce qui concerne la situation au fédéral, le ministre Duchesne a déclaré : « Je suis consterné par la situation des chercheurs à Ottawa telle qu'illustrée dans le rapport. Les tensions sont vives entre les chercheurs et le gouvernement fédéral qui les empêche de parler. D'ailleurs, la commissaire à l'information du Canada, Mme Suzanne Legault, a accepté d'ouvrir une enquête sur les allégations de scientifiques fédéraux qui se disent muselés par le gouvernement canadien ».

À propos de la Politique nationale de la recherche et de l'innovation (PNRI)

Le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie élabore actuellement sa PNRI. Cette politique sera le fruit de nombreuses consultations tenues avec les acteurs issus de tous les secteurs concernés par la recherche et l'innovation : les entreprises, les établissements d'enseignement, l'État et la société. La PNRI permettra de faire progresser le Québec dans la société du savoir et de l'innovation.