Rapatriement de patients de l'Outaouais traités en Ontario - Le ministre Réjean Hébert annonce des investissements de près de 4 millions de dollars en pédiatrie et en ophtalmologie
jeudi 9 janvier, 2014
Facebook
Twitter

Gatineau – Le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, le docteur Réjean Hébert, est heureux d'annoncer aujourd'hui des investissements de près de 4 millions de dollars en vue de rehausser les services de pédiatrie et d'ophtalmologie dans l'Outaouais, favorisant ainsi le rapatriement des patients de la région qui reçoivent actuellement de tels services en Ontario.

« Dans ces deux champs d'expertise, comme dans d'autres spécialités médicales, une proportion significative des soins spécialisés destinés à la population de l'Outaouais est fournie par des établissements de l'Ontario, majoritairement des hôpitaux de la région d'Ottawa. Notre gouvernement est déterminé, de concert avec l'Agence de la santé et des services sociaux et les établissements de la région, à augmenter l'offre de soins spécialisés en Outaouais, réduisant ainsi le recours à des ressources situées hors du territoire », a déclaré le ministre Hébert.

En pédiatrie

Une somme de 1 379 000 $ est allouée pour des travaux de construction à l'unité de néonatologie de l'Hôpital de Gatineau. La capacité de l'unité, dont on a annoncé le mois dernier qu'elle était portée de 10 à 12 lits, pourra ainsi passer à 14 lits.

Par ailleurs, la Clinique de diabète pédiatrique pourra faire l'acquisition de matériel spécialisé, lui permettant ainsi d'accueillir plusieurs dizaines d'enfants recevant actuellement des soins à Ottawa. Cette clinique est rattachée au Centre outaouais de pédiatrie ambulatoire intra-hospitalière et néonatale (COPAIN).

En ophtalmologie

Pour l'ophtalmologie, les investissements s'élèveront à 2 566 000 $, couvrant à la fois des travaux de construction et l'achat d'appareils médicaux spécialisés. Ce soutien financier de la part du gouvernement du Québec permettra d'augmenter de façon importante le nombre d'interventions pour les chirurgies de la cataracte et de la rétine, ainsi que le nombre d'injections pour le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l'âge.

« D'autres mesures sont en cours d'élaboration ou d'implantation, toujours en vue d'assurer l'autosuffisance de la région de l'Outaouais en matière de soins médicaux, notamment en obstétrique. Pour les soins surspécialisés, nous souhaitons améliorer la situation à moyen terme, étant entendu que certains services de pointe continueront d'être fournis par des établissements de l'extérieur de la région, à l'instar de ce qui se vit ailleurs au Québec », a conclu le docteur Hébert.