Quand Philippe Couillard va-t-il défendre le Québec face au fédéral?
lundi 25 août, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière d'affaires intergouvernementales canadiennes, Stéphane Bergeron, demande au gouvernement libéral de se tenir debout face aux initiatives unilatérales d’Ottawa quant au financement de la santé et des infrastructures.

« Philippe Couillard a d’abord affirmé, la semaine dernière, qu’il était d’accord avec la baisse des transferts fédéraux en santé. Aujourd’hui, Ottawa ferme la porte à une augmentation du financement des infrastructures. Est-ce que Philippe Couillard se résigne également dans ce dossier? Le gouvernement conservateur se prépare à des élections aux frais du budget du Québec. Le gouvernement libéral doit dire haut et fort que cela ne se passera pas comme ça », a déclaré Stéphane Bergeron.

Où est la belle collaboration?

Alors que le gouvernement Couillard s’apprête à faire des coupes importantes dans les finances publiques québécoises, comment peut-on admettre qu'il se prive candidement de revenus importants provenant du fédéral? Est-ce que les libéraux pourraient se donner la peine de défendre les intérêts du Québec à Ottawa? Soulignons que les changements proposés par le gouvernement conservateur, en ce qui concerne les transferts fédéraux en santé, se traduiront par un manque à gagner de plus de 9 milliards de dollars sur 10 ans pour les finances du Québec.

« Où est la collaboration vantée par les deux premiers ministres ces derniers mois? Visiblement, elle est à sens unique; c’est Stephen Harper qui décide et Philippe Couillard, de son côté, accepte docilement des décisions qui feront pourtant très mal au Québec et à son économie. La profession de foi fédéraliste du premier ministre Couillard est-elle à ce point profonde qu'elle exige de lui qu’il croise les bras, sans formuler la moindre demande ou objection, lorsque les intérêts supérieurs du Québec sont en cause? », a conclu Stéphane Bergeron.