Qualité de vie des aînés : pourquoi laisser nos aînés vieillir à rabais?
vendredi 21 octobre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – La députée d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés, Carole Poirier, a interpellé la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, ce matin au Salon bleu de l’Assemblée nationale. « Sans démontrer une complète insensibilité face à la qualité de vie des aînés au Québec, la ministre refuse d’agir. Elle ne prend aucun moyen concret pour faire en sorte que nos personnes âgées améliorent leur qualité de vie et c’est déplorable », a dénoncé Carole Poirier au terme du débat de deux heures.

« En Ontario, le montant minimal accordé à la préparation des repas des aînés est de 7,31 $/jour par aîné et est inscrit dans la loi. Au Québec, rien n’est prévu dans la loi, ce qui ouvre la porte à des écarts importants entre les établissements et peut entraîner de malheureux cas de malnutrition chez nos aînés. C’est intolérable. Pourquoi une si grande disparité? La ministre a le pouvoir de faire inscrire un montant minimal dans la loi et elle refuse de le faire », a continué la députée.

« Même principe pour la température de l’eau dans les résidences. Après avoir vu plusieurs cas de personnes âgées ébouillantées, la ministre ne pense-t-elle pas qu’il serait temps que la Régie du bâtiment impose une température d’eau maximale dans les résidences? Attend-elle d’autres cas avant d’agir? C’est aberrant et la ministre doit poser un geste d’ici Noël, elle a les moyens de le faire, qu’est-ce qu’elle attend? »

Carole Poirier a également demandé la tenue d’une commission parlementaire pour faire le bilan du premier projet de CHSLD en PPP. « Le Groupe Savoie, qui a obtenu le premier contrat de CHSLD en mode PPP, est également un généreux donateur à la caisse libérale. On a l’impression de revivre le scandale des garderies libérales et des contrats de construction, mais à quel prix pour nos aînés? », s’est interrogée la députée. « Pourquoi Marguerite Blais tolère-t-elle en plus que les préposés aux bénéficiaires qui travaillent dans ce type de CHSLD n’aient pas la formation qui est requise dans le réseau public, tout cela, au détriment des aînés qui y vivent? »

La députée d’Hochelaga-Maisonneuve a profité de cette interpellation pour déposer à la ministre la déclaration du Rendez-vous national des générations organisé par l’Institut du Nouveau Monde qui réclame « une réelle politique des âges qui […] permettra d’apprivoiser le vieillissement, pour le bien commun ».