Protection des sièges sociaux - Le Parti Québécois demande au gouvernement de dire pourquoi il renie ses engagements
mercredi 13 avril, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, a dénoncé aujourd’hui le recul libéral pour la protection des sièges sociaux, alors que le gouvernement abandonne sa promesse.

« En quelques mois, le Québec a perdu la propriété du Cirque du Soleil, de Rona, de St-Hubert, et ce, dans l’indifférence totale du premier ministre. Or, il s’agit d’un enjeu politique. Lors de la dernière campagne électorale, le premier ministre et son trio économique promettaient tout le contraire. Ils s’étaient engagés à puiser dans le Fonds des générations pour protéger nos sièges sociaux. C’était le 13 mars 2014 », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

Le ministre des Transports, alors membre du trio économique, a en effet déclaré : « [n]otre proposition nous aurait permis d’intervenir rapidement dans le cas des [offres publiques d’achat] hostiles sur Rona et Osisko, et de travailler en collaboration avec la direction de ces entreprises pour assurer le maintien de leur siège social respectif au Québec ».

« Le premier ministre doit nous expliquer pourquoi aujourd’hui, il dit exactement le contraire de ce qu’il affirmait en campagne électorale. Est-ce qu’il va, oui ou non, tenir sa promesse de créer un fonds de protection des sièges sociaux à la Caisse de dépôt? Pendant qu’il est incapable de dire pourquoi il renie les engagements qu’il prenait lui-même en mars 2014, la question qui se pose est la suivante : quelle sera la prochaine entreprise à quitter le Québec pendant que le gouvernement ne fait rien? », a conclu le chef du Parti Québécois.