Propos des premiers ministres de l’Ouest - Pourquoi Philippe Couillard reste-t-il muet?
lundi 25 janvier, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, le porte-parole du Parti Québécois en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, et le porte-parole en matière d’énergie et de ressources naturelles, Alain Therrien, dénoncent le silence du premier ministre Philippe Couillard devant l’ingérence et les attaques des premiers ministres de l’Ouest canadien à l’endroit d’élus québécois, et ils se questionnent sur sa capacité à défendre les intérêts des Québécois.

Rappelons qu’à la suite du rejet, par les élus de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), du projet de pipeline Énergie Est, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a fait preuve de mépris envers les élus québécois en suggérant aux maires de rembourser leur part de péréquation « payée » par l’Ouest. La première ministre albertaine, Rachel Notley, en a rajouté en qualifiant la position des maires de la CMM de « vision à court terme ».

« C’est uniquement au Québec à faire son choix quant au passage de l’oléoduc Énergie Est sur son territoire. L’ingérence des premiers ministres de la Saskatchewan et de l’Alberta dans les affaires du Québec est inacceptable. Ils n’ont pas à remettre en question les décisions des Québécois. Cela dit, devant le débat qui fait rage, il est fort surprenant que nous n’ayons toujours aucune idée de ce que pense le premier ministre du Québec », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

« La Colombie-Britannique et les États-Unis ont refusé le passage d’un pipeline sur leur territoire, et n’ont pas eu droit à de telles manifestations de mépris. Pourquoi une attitude différente lorsque des Québécois expriment aussi une opinion défavorable? Cette opinion serait-elle moins valable ou moins légitime lorsqu’elle est exprimée par des Québécois? Le premier ministre Couillard va-t-il enfin cesser de plier l’échine devant le Canada et faire respecter le choix des Québécois, que ceux-ci soient d’accord ou non avec le reste du Canada? », a ajouté Stéphane Bergeron.

« Les Québécois refusent que leur territoire serve d’autoroute pour l’exportation du pétrole des sables bitumineux. Le maire de Montréal et les maires de la CMM ont clairement rejeté le projet d’oléoduc. Qu’attend le premier ministre pour prendre position dans ce dossier? Est-ce que son silence s’explique par le fait que son adhésion à la Stratégie canadienne de l’énergie lui lie les mains? », a pour sa part demandé Alain Therrien.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?