Projet de loi sur le rôle accru des pharmaciens dans le système de santé : le Parti Québécois veut l'adoption du projet de loi avant Noël
mardi 15 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « Ça fait pratiquement deux ans que nous réclamons le dépôt d’un projet de loi qui permettra d’accroître le rôle des pharmaciens dans le système de santé. Il était temps que le gouvernement libéral comprenne enfin le bon sens et agisse. Maintenant, nous souhaitons que ce projet de loi soit adopté durant la présente session parlementaire et qu’il soit mis en application dès 2012 ».

C’est ce qu’a déclaré la députée de Taschereau et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, Agnès Maltais, après avoir rapidement pris connaissance du projet de loi 41 déposé aujourd’hui par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc.

Un geste pour rendre le système public de santé plus efficace à faibles coûts

Cette proposition du Parti Québécois a été annoncée au printemps 2010 et inscrite en bonne et due forme dans le programme adopté en avril 2011. Cette proposition permettrait, une fois mise en vigueur, aux pharmaciens du Québec d’offrir un service de proximité, partout sur le vaste territoire québécois.

La députée de Taschereau rappelle que les pharmaciens de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario ont cette permission de prolonger, renouveler et parfois, sous certaines conditions, prescrire des médicaments.

« Quand on sait qu’un Québécois sur quatre n’a pas de médecin de famille et que l’engorgement dans les cliniques médicales et les urgences est souvent attribuable à des renouvellements de médicaments, c’est la moindre des choses de confier une partie de cette compétence à des spécialistes du médicament, soit les pharmaciens », a conclu Agnès Maltais.