Projet de loi 593 du député de Borduas : le Parti Québécois salue une contribution significative
mardi 27 mars, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « L'initiative du député de Borduas, Pierre Curzi, est significative. Il s'agit d'un travail costaud et d'une démarche utile. Nous partageons les mêmes inquiétudes et les mêmes objectifs. Il faut poser des gestes nettement plus audacieux que ceux avancés par le gouvernement libéral qui fait preuve de négligence et de complicité dans l'anglicisation du Québec. »

C'est en ces termes qu'a réagi le député de Drummond et porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue, Yves-François Blanchet, après une première lecture du projet de loi 593 déposé aujourd'hui à l'Assemblée nationale par le député indépendant de Borduas, Pierre Curzi.

À l'instar de Pierre Curzi, le Parti Québécois est très préoccupé par la situation du français au Québec et particulièrement à Montréal. Le député de Drummond constate que la plupart des propositions contenues dans ce projet de loi sont incluses dans le programme du Parti Québécois adopté au congrès en avril 2011. Or, d'autres propositions sont nouvelles et, selon Yves-François Blanchet, pourraient mériter une éventuelle réflexion plus approfondie de la part des juristes du gouvernement.

« La situation du français ne cesse de se dégrader au Québec, au vu et au su du gouvernement. Notre langue recule au niveau de l'affichage et du travail en plus de n'être toujours pas la principale langue de convergence des nouveaux Québécois. Sans la moindre crainte de sanctions, des municipalités et des sociétés d'État contournent sciemment la loi 101. Comme si ce n'était pas suffisant, le dossier présenté par le magazine L'actualité sur le rapport de la communauté anglophone avec le français a jeté une douche froide sur ceux qui se berçaient encore d'illusions : le français n'est toujours pas la langue commune au Québec et la ministre refuse de partager un constat pourtant évident », a expliqué Yves-François Blanchet.

Rappelons que le Parti Québécois s'est engagé à réécrire la Charte de la langue française, à la renforcer et à en restaurer l'esprit. « Après 35 années d'évolution de la société québécoise et un bilan qui est fortement marqué par les assauts répétés de la Cour suprême du Canada, l'exercice est aussi légitime que nécessaire. Dans le meilleur intérêt de tous les Québécois, la Charte de la langue française doit être réécrite, et surtout, appliquée », a conclu le député de Drummond.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?