Projet de loi 14 : Serge Simard fait du blocage systématique
samedi 10 décembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre libéral Serge Simard fait du blocage systématique dans l’étude du projet de loi 14 sur les mines. Il refuse de nouveau que le gouvernement se donne les moyens de créer de la richesse pour les Québécois. « Au lieu de faire en sorte que ce soit les compagnies privées qui se mettent dans les poches les profits obtenus par l’exploitation de nos ressources naturelles, le gouvernement libéral devrait avoir en tête les intérêts des Québécois », a affirmé d’entrée de jeu la députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de mines et de gaz de schiste, Martine Ouellet.

« Le Parti Québécois propose que le gouvernement se donne les moyens, à l'intérieur du bail minier ou gazier, contrat qui lie le gouvernement et l'entreprise privée, d'inclure des conditions pour permettre de créer le maximum de richesse », a affirmé la députée de Duplessis, Lorraine Richard.

« C’est important pour tous les Québécois, encore plus pour les travailleurs du Nord qui voient le développement des mines comme un moyen de s’enrichir collectivement, que ces moyens soient pris. Nous ne comprenons pas que le ministre Simard ne comprenne pas la population », a-t-elle poursuivi.

« Un amendement comme celui que nous avons proposé hier permettrait au gouvernement d'inclure des conditions de formation de la main-d'oeuvre locale, de transformation du minerai, de redevances, de création d'un fonds régional de diversification économique qui serait profitable pour les régions, mais également pour l'ensemble du Québec », a ajouté Martine Ouellet.

« Le gouvernement libéral prend tous les moyens imaginables pour empêcher le Parti Québécois d'améliorer le projet de loi sur les mines. Nous sommes de bonne foi et le ministre Simard y va de guerres de procédure ayant pour seul objectif de bâillonner toutes nos propositions visant à reprendre le contrôle de nos richesses naturelles. Quels intérêts sert-il? Très clairement, pas ceux des Québécois », a ajouté le député d’Ungava, Luc Ferland.

« C'est tout de même incroyable qu'un ministre refuse de se donner les moyens d'enrichir le Québec. Est-ce que Jean Charest préfère que les milliards obtenus grâce à l’exploitation de nos ressources naturelles se retrouvent dans les poches des entreprises privées plutôt que de faire un partage juste et équitable entre le privé et la collectivité? Pour le Parti Québécois, il est essentiel d'agir maintenant. Le Québec ne peut regarder le train passer avec les prix des métaux qui atteignent des sommets et le boom minier actuel. Il est temps de changer et de faire profiter les Québécois et les Québécoises de l'exploitation de nos richesses naturelles », a conclu Martine Ouellet.