Prix de l'essence : Charest désavoue Normandeau
vendredi 13 mai, 2011
Facebook
Twitter

Québec – À la suite de l’interpellation de ce matin, les députés François Rebello et Sylvain Gaudreault, respectivement porte-parole de l’opposition officielle en matière de protection des consommateurs et en matière d’énergie, ont été stupéfaits de constater le changement de cap du gouvernement relativement à la hausse constante des prix de l’essence.

« En réponse à une question concernant l’imposition d’un prix plafond pour l’essence jeudi dernier, la ministre Normandeau nous répondait que la Régie de l’énergie étudiait la proposition. Pourtant, le représentant de la ministre pour l’interpellation de ce matin, Clément Gignac, nous a dit que ce n’était pas le cas. De plus, nous avons appris des médias que le premier ministre était contre cette idée de prix plafond. Le premier ministre a non seulement dit le contraire de sa ministre, mais il va une fois de plus à l’encontre de la volonté des Québécois », s’est désolé le député de La Prairie.

« Au-delà des belles promesses, les Québécois s’attendaient à des gestes concrets de la part du gouvernement pour limiter les fluctuations importantes du prix de l’essence. Malheureusement, nous nous sommes butés ce matin à un refus d’agir de la part du remplaçant de la ministre des Ressources naturelles, le ministre Clément Gignac, qui avait reçu ordre du patron de refuser toute proposition de prix plafond venant de l’opposition officielle », a affirmé François Rebello.

« On apprend ce matin que le Nouveau-Brunswick a obtenu des résultats tangibles en implantant un prix plafond. Pourquoi ce qui est bon pour eux ne pourrait fonctionner ici et pourquoi, encore une fois, le premier ministre refuse de s’occuper des intérêts du Québec préférant laisser Ottawa décider? », a ajouté François Rebello.

De son côté, Sylvain Gaudreault a questionné le ministre au sujet du prix minimum estimé fixé par la Régie de l’énergie. « Nous avons demandé au ministre que la Régie de l’énergie fixe le prix minimum estimé de l’essence de manière quotidienne au lieu qu’elle le fasse de manière hebdomadaire, et ce, afin de limiter les fluctuations imprévues et importantes du prix de l’essence. Ce n’est pas nouveau, le gouvernement lui-même avait proposé cette mesure en 2007, mais rien n’a encore été fait à ce sujet et visiblement il n’a aucune intention de le faire », a-t-il déploré.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?