Priorité aux familles de la classe moyenne : le Parti Québécois s'engage à abolir la taxe santé
jeudi 9 février, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « Un gouvernement du Parti Québécois s'engage à abolir la taxe santé et à redonner aux familles québécoises les 400 dollars que Jean Charest est venu chercher dans leur poche avec l'imposition de cette taxe régressive qui frappe de la même manière les plus pauvres comme les plus riches ».

C'est l'engagement qu'a pris aujourd'hui la chef de l'opposition officielle et députée de Charlevoix, Pauline Marois, auprès des quelque 4,7 millions de Québécois qui s'apprêtent à remplir leur déclaration d'impôt et à payer cette contribution inéquitable.

« Le Parti Québécois veut rétablir une justice économique. Cette taxe santé libérale touche tous les Québécois sans égard à leur revenu. Ce sont les plus pauvres et les familles de la classe moyenne que Jean Charest a pénalisés en imposant ce fardeau financier additionnel. Au Parti Québécois, nous nous engageons à retourner ces 400 dollars dans les poches des familles québécoises », a garanti Pauline Marois.

Le responsable des finances publiques à l'opposition officielle et député de Rousseau, Nicolas Marceau, a dénoncé l'indifférence de Jean Charest à l'égard de la classe moyenne. « Alors que notre économie ralentit, que les pertes d'emplois se multiplient et que le revenu disponible des Québécois diminue, le gouvernement Charest a doublé le montant de la contribution santé en plus de hausser la TVQ, la taxe sur l'essence, les tarifs d'électricité et les frais de scolarité. La classe moyenne est toujours celle qui paie », a-t-il expliqué, en ajoutant qu'en pigeant 200 dollars dans la poche de chaque Québécois, ce n'est pas seulement leur qualité de vie qui est touchée, ce sont 950 millions de dollars qui auraient pu être dépensés pour stimuler notre économie.

Pour une justice économique

Le Parti Québécois s'engage à faire cette opération à coût nul. Dans un souci de justice économique, nous proposons de soulager la classe moyenne en demandant aux plus riches de notre société de contribuer davantage.

« C'est aux contribuables dont le revenu est supérieur à 130 000 dollars, et plus particulièrement à 250 000 dollars, que nous demanderons de faire un effort additionnel. Nous voulons rétablir une justice économique au Québec en exigeant que les plus fortunés en fassent un peu plus. Nous proposons également de revoir la fiscalité applicable à une partie du rendement de certains actifs financiers. Il n'est pas question d'aggraver davantage la situation de nos finances publiques », a affirmé la chef du Parti Québécois.

« Avec une telle révision de notre structure fiscale, nous atteignons deux objectifs importants. Nous rétablissons une justice économique entre la classe moyenne et les plus fortunés, nous créons un stimulant économique de 950 millions de dollars pour relancer la consommation », s'est réjoui le député de Rousseau.

« Le gouvernement libéral est à bout d'idées pour trouver des solutions pour stimuler notre économie. Jean Charest a endetté le Québec de 55 milliards de dollars depuis qu'il est au pouvoir. La stratégie de l'endettement a atteint ses limites. Il faut innover pour agir sur notre croissance économique sans détériorer davantage nos finances publiques », a conclu Pauline Marois, en mentionnant que le Parti Québécois est la seule formation politique qui s'engage à rétablir une justice économique et à mieux répartir le fardeau fiscal des familles.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?