Priorité aux familles de la classe moyenne : le Parti Québécois redonnera 400 dollars aux familles
vendredi 4 mai, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « Un gouvernement du Parti Québécois abolira la taxe santé et redonnera aux familles québécoises les 400 dollars que leur ont pris les libéraux de Jean Charest qui ont surtaxé la classe moyenne au cours des dernières années », a affirmé d'entrée de jeu la députée de Taschereau et porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Agnès Maltais.

« Nous voulons rétablir la justice économique au Québec », a poursuivi le député de Rousseau et porte-parole en matière de finances, Nicolas Marceau. « Cette taxe santé est l'illustration d'un manque de courage de la part du Parti libéral qui a choisi de facturer tous les Québécois sans égard à leur revenu. Les plus démunis et les familles de la classe moyenne sont pénalisés et c'est injuste. »

La solution proposée par le Parti Québécois ne représente aucune dépense supplémentaire pour le gouvernement. En effet, les personnes plus riches seront davantage mises à contribution, elles qui avaient été moins touchées par l'effort de retour à l'équilibre budgétaire et qui avaient profité de baisses d'impôts dont nous n'avions pas les moyens en 2007. Nous mettrons en effet en place une nouvelle fiscalité qui rétablira un meilleur équilibre dans le régime d'imposition. Avec le Parti Québécois, ce sont les contribuables qui gagnent plus de 130 000 dollars et surtout ceux qui gagnent plus de 250 000 dollars qui feront le gros de l'effort. Nous proposons également de revoir la fiscalité applicable à une partie du rendement de certains actifs financiers. Notre solution, je le répète, est à coût nul », a poursuivi Nicolas Marceau.

Le sort des femmes québécoises est aussi au cœur des priorités du Parti Québécois. Comme elles sont davantage touchées par la pauvreté, les femmes sont directement pénalisées par la taxe santé libérale. « Pour une mère monoparentale, 200 dollars, à la fin de l'année ça fait toute une différence. Mais ça, on dirait que les libéraux n'y pensent pas. Nous avons à cœur le bien des femmes, nous avons à cœur le bien de la classe moyenne, c'est pourquoi nous abolirons cette taxe injuste », a conclu la députée de Marguerite-D'Youville, Monique Richard.