Primes de départ - « Pour Philippe Couillard et ses députés, c'est l'intérêt libéral avant l'intérêt public » - Bernard Drainville
mardi 8 octobre, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, M. Bernard Drainville, et le leader parlementaire du gouvernement, M. Stéphane Bédard, condamnent l'attitude du Parti libéral en matière d'intégrité démocratique. Aujourd'hui, le parti de M. Philippe Couillard a refusé de donner son consentement pour que l'Assemblée nationale adopte une motion sur l'abolition des primes de départ versées aux députés démissionnaires. Rappelons que depuis le dépôt du projet de loi le 20 mars dernier, les députés libéraux bloquent systématiquement le projet de loi no 33 qui mettrait fin à cette pratique fortement dénoncée par les Québécois et les Québécoises. « Les libéraux refusent que l'on retire la prime d'un député qui ne respecte pas l'engagement moral contracté auprès de la population. Déjà, deux des leurs ont démissionné en moins d'un an. Chacun avec une prime de plus de 100 000$. Clairement, pour Philippe Couillard et ses députés, c'est l'intérêt libéral avant l'intérêt public », a déploré le ministre Drainville.

Voici le libellé de la motion présentée aujourd'hui par Bernard Drainville :

« Que les députés de la 40e législature s'engagent à renoncer à leur allocation de transition s'ils quittent durant le présent mandat à moins d'une raison médicale ou familiale ».

La motion présentée par le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne a été rejetée d'emblée par le Parti libéral.

« Les libéraux ne respectent pas le mandat que leur a confié la population. La prime de départ doit permettre aux élus de faire la transition le temps qu'ils ou elles se trouvent un nouvel emploi une fois la vie publique terminée. Si tu ne termines pas le mandat, tu ne devrais pas avoir droit à une prime. C'est clairement un manque de respect à l'égard des électeurs et électrices qui ont voté pour toi. Le rejet de notre motion montre une fois de plus que le Parti libéral n'a pas vraiment changé sur le plan de l'éthique », a déclaré Bernard Drainville.

Le leader parlementaire du gouvernement, M. Stéphane Bédard, déplore quant à lui la stratégie de blocage systématique à laquelle se sont livrés les libéraux chaque fois que le projet de loi a été appelé et débattu en chambre : «Nous avons appelé son adoption de principe à six reprises, alors qu'une ou deux séances suffisent généralement. En tout, nous avons débattu pendant 11 h 33 du principe du projet de loi no 33. De ce temps, 9 h 45 ont été prises par les 30 députés libéraux qui sont intervenus afin de s'y opposer». À court d'arguments, les libéraux ont même utilisé une motion d'ajournement afin de mettre fin au débat ainsi qu'une motion de report du débat, qui proposait de reporter à trois mois plus tard le processus d'adoption de ce projet de loi. « Nous pouvons légitimement nous demander ce que cache le refus obstiné de Philippe Couillard de débattre dès maintenant des primes de départ », a conclu M. Bédard.

Vous êtes en faveur du projet de loi 33? Partagez cette image sur les médias sociaux! Vous pouvez la télécharger à l'adresse suivante: http://bit.ly/GLw85B


Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?